scooter

Scooter may refer to: read more at WikiPedia

  • A source of belt on ebay

    A source of belt on ebay

    Pour la monter, il faut démonter la flasque mobile de la seconde poulie, facile si vous fabriquer un outil pour comprimmer le ressort.
    Voici une autre référence si vous pouvez en trouver: CONT_VARIFLEX W16x0560

     
    muellerwug ( 250Sternchen) KEILRIEMEN FüR DKW HOBBY ROLLER
    22mm X 8.5mm X 570mm

     

  • Ardor, Ulma noos parts

    These are the most difficult part to find... more to come soon




  • Astuces de restoration

    • Rectifier la planéité du haut de culasse:Le haut de culasse peut se poncer au papier de verre grain 400 a sec sur un marbre (ou toutes pièces metal ajusté comme l'établie sur une ponceuse à colonne), attention ne pas tourner mais poncer avec les 2 mains a plat et en croix. je m'explique:
      poncer la culasse 5 ou 6 aller retour les 2 mains a plat et bien droit de bas en haut, puis rotation de 90° de la culasse et rebelotte de bas en haut puis a 45° et ainsi de suite, cela permet de rattrapper le jeu si il y a et c'est truc de vieux garagiste...
    • Sauver un réservoir et oter le dépot au fond:souvent les reservoirs sont mort mais pas forcement troués, une couche d'essence seché au fond, inataquable a l'acide, essence, toluene et diluant divers (au tournevis et encore). Un concessionnaire m'a dit de le cuire dans l'eau bouillante 1h sur un rechaud. bien sur sécher, huiler et remplir d'essence a ras bord le plus tot possible. Incroyable bien sur cela detruit la peinture mais le résultat est éblouissant.
  • Club A.C.V.B

    Â Club A.C.V.B (links)
  • Comparaison Manurhin SM75 / DKW Hobby Roller

    Comparaison Manurhin SM75 / DKW Hobby Roller

      Manurhin SM75 DKW Hobby Roller
      Manurhin , in Licence : DKW-SM 75 DKW
    Motor 75 ccm 74 ccm
    HP 3 HP 2,7 HP at 4950 U/min
    Weight   empty 86 kg ; max: 250 kg
    Max speed   54 km/h
    Tires AV : 2.75 x 16", AR : 2.75 x 16" AV : 2.75 x 16", AR : 2.75 x 16"
         
    Production 10000 ex. Juli 1954 to August 1957
    45303 ex.
  • Costs of restoration

    Â
    Carosseries, peintures (le plus gros poste)100€
    Bobinage restaurée par un ami.(merci Laurent Del N.)0€
    Vis 8 et 10 inox 50 pcs. (Ecovis - Richwiller)24€
    Bougie4€
    Interrupteur1€
    Sièges (Sellerie Bichert - Brunstatt)95€
    Chromes (Jédélé Altkirch)75€
    2 rétroviseurs20€
    Passe Fils11€
    Poignées ( www.retro-motos-pieces.com )10€
    Joint Noir 10mm (Sellerie Bichert - Brunstatt)15,25€
    Plaque d'immatriculation (Yamaha - Mulhouse)15,25€
    200 boulons et 30 vis inox (Ecovis - Richwiller)11€
    3 chambres à air et 3 pneus flancs blancs (Fanatic scooters)129€
    Refaire la clé du neiman chez "Clé Minute" Dornach sans voir le barillet (car impossible a demonter)15€
    Commutateur de guidon ( www.retro-motos-pieces.com )7,82€
    Résonateur omega en inox de scooter pour atténuer le bruit. 2 brides de fabrication maison.39€
    Confection d'une douille en laiton (insert bougie de 18mm) et mise en place sur la culasse (le précedent bricolage infâme était réalisé avec un insert de type gaz !) (Riegert SA Richwiller)100,46€
    Déglacage bloc monocylindre + confection bague de bielle diametre ext + 0.03m diametre int suivant axe chez Riegert SA Richwiller70,18€
    2 caoutchouc de kick de modèle Terrot
    ( www.retro-motos-pieces.com )
    7,82€
    Chainette de porte clés pour éviter de perdre le bouchon de réservoir. 7.06.2003 ("Clé minute" Dornach).2€
    Batterie au plomb (humide) en 6Volts, acheté (Conrad SA par correspondance).10€
    Casquette de phare chromée (Fanatic scooter)5€
    Achat Epave115€
    Gaine frein diverse15,25€
    Support d'assurance en Inox aspect chromée
    ( www.retro-motos-pieces.com )
    10€
    2 joints de compteur "standard" diamètre d'encastrement 55/60mm noir12€
    Total920.03€
  • Datasheet (galley of)

    En 1954, la firme allemande DKW Auto Union présente un scooter baptisé Hobby, animé par un moteur de 75cm3 équipé d’une boite automatique. Les premiers modèles DKW ne possèdent qu’une selle monoplace et pas de carter de chaîne. Dès 1956 le Hobby franchit les frontières pour être construit en France sous licence et prend le nom de Manurhin. En 1958, DKW abandonne la fabrication du Hobby pour cause de problèmes financiers. Le Manurhin devient une exclusivité mondiale. Ce nom bizarre vient de l'abréviation de « Manufacture des machines du Haut Rhin » où il est assemblé (à l’usine de Mulhouse-Bourtwiller)
     
    001.jpg
    001.jpg
    002.jpg
    002.jpg
    003.jpg
    003.jpg
    004.jpg
    004.jpg
    005.jpg
    005.jpg
    006.jpg
    006.jpg
    007.jpg
    007.jpg
    008.jpg
    008.jpg
    009.jpg
    009.jpg
    010.jpg
    010.jpg
    011.jpg
    011.jpg
    tn_motor.jpg
    011.jpg
  • De la rouille au chrome...

    see Here
  • dépenses

    Depenses :(voir ma page sur sa restoration de A a Z...)

    100 fr moteur vespa metz
    150 fr siège arrière + porte bagage
    480 fr apret + peinture
    380 fr papier verre + bombe alu
    750 fr peinture + appret
    900 fr destination scooter
    122 fr cable frein
    45 fr 1 retro
    88 fr gaine thermo
    210 fr anti parasite + clé + gaine
    350 fr chromes
    110 fr clignotants
    100 fr gaines grises et noir
    100 fr autocollants
    800 fr épave
    250 fr pyrolise
    720 fr essence déplacements 4 pleins
    300 fr déco avant+ pare choc
    25 fr billes
    100 fr joint moteur
    120 fr de joint spis
    200 fr de roulements
    900 fr vilbrequin
    100 fr neimann

    total : beaucoup trop de magasins surfent encore sur la vague vespa et je trouve que les prix sont scandaleux. J'ai injecté beaucoup trop d'argent sur un modèle somme toute trop courant. A faire neanmoins si vous n'avez qu'un seule vehicule dans votre collection.

  • DKW Hobby Roller

     

     

  • Etude (gallery of)

    Etude du scooter Manurhin SM-75 75ccm (3.5Mb d'images)

    En 1954, la firme allemande DKW Auto Union présente un scooter baptisé Hobby, animé par un moteur de 75cm3 équipé d’une boite automatique. Les premiers modèles DKW ne possèdent qu’une selle monoplace et pas de carter de chaîne. Dès 1956 le Hobby franchit les frontières pour être construit en France sous licence et prend le nom de Manurhin. En 1958, DKW abandonne la fabrication du Hobby pour cause de problèmes financiers. Le Manurhin devient une exclusivité mondiale. Ce nom bizarre vient de l'abréviation de « Manufacture des machines du Haut Rhin » où il est assemblé (à l’usine de Mulhouse-Bourtwiller)
























  • Fabriquer votre cabine de sablage pour presque rien...

    Fabriquer votre cabine de sablage pour presque rien...
     
    Sablage1.jpg
    Sablage1.jpg
    Sablage2.jpg
    Sablage2.jpg
    Sablage3.jpg
    Sablage3.jpg
    Amélioration du concept :

    - Impossible de faire fonctionner la cabine sans un dispositif qui aspire les poussières. J'ai donc acheter un aspirateur de copeaux
    industrielle pour 200€ (pales metal) et l'ai donc bricoler et cela marche a la perfection !

    Point Noirs :

    La CONSOMMATION !!!!! :

    2 halogènes de 500 watts = 1000 Watts +
    1 compresseur de 5CV 9A 3KWatts et 370 l/min restitué a 9bars (insuffisant) +
    1 deuzieme compresseur d'appoint pour rester a 10 bars de 1,2KWatts +
    le dessableur de 1100 Watts

    = OUH LA LA le compteur electrique s'affole!!!!!

    Je me demande si il n'est pas plus rentable de louer une fois tous les 6 mois avec des copains un compresseur de chantier pour le week end.....
    et sabler jours et nuits......

     

    Prix du Sable ?

    12€ les 50kg calibrés

  • Far away from here...

    Contact me if you want to appear on that page...

     This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. live in Mackay Queensland, Australia, webcam of town street, http://weather.wackado.com.au/ He work in places like here http://www.geocities.com/red_ears_au/dre18.html
    He has 1 + 3/4 DKW hobby Note: Audi use to sell them in Australia

     Christian Lucas This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

  • Historique

    ACMA : Ateliers de Constructions de Motocycles et d'Accessoires

    En Italie VESPA inonde le marché et la France, qui désire se séparer de certaines usines nationalisées, créé la société ACMA dont les usines sont situées à Fourchambault. Le VESPA franà§ais ressemble trait pour trait à son homologue italien puisque la firme a racheté à PIAGGIO la licence de fabrication. Un détail va pourtant les distinguer : la position du phare qui passe du garde-boue avant (VESPA) au guidon (ACMA).

    En 1951, le VESPA français possède un bloc-moteur deux-temps de 125 cm3 donnant 4 CV et pesant 87 kg. De 1952 à 1958, le VESPA français reçoit peu d'améliorations et fàªte, en 1953, son 100.000me exemplaire ! C'est en 1956 que l'Italie féte le 1.000.000me exemplaire (ce chiffre comprend les productions italiennes, allemandes et espagnoles).

    En 1956, le VESPA 150 GL fait son apparition, il est doté d'un moteur 150 cm3 avec une boite 4 vitesses. La cylindrée passe à 6,2 CV pour une vitesse de pointe de 85 km/h. Ce modèle entre directement en concurrence avec le 150 LD de LAMBRETTA.

    Les années 1959-1960 voient la fin d'ACMA malgré un remaniement durant la récession de 1957-1958. De ce remaniement sont nés deux scooters de 125 (4,5 CV) et 150 (5,4 CV) cm3, tous deux à 4 vitesses. Le 150 GL est remplacé par le GS importé tout droit d'Italie o๠il est apparu en 1954. Le GS développe 8 CV pour une vitesse de 100 km/h.

    En 1962, ACMA ferme ses portes, et VESPA FRANCE est créé pour l'importation des scooters italiens destinés au marché français.

  • Historique

    Production des scooters bernardet

    194919501952195319541955
    44511663030475048003600

    Le E.51 (125 cm3) fait son apparition en 1951, il est en fait un prototype plus léger
    annonciateur de la deuxième génération. Trois motorisations sont prévues:

    125 cm3 - 4 vitesses pour le E.51
    250 cm3 - 4 vitesses pour le D.51
    125 cm3 - moteur YDRAL pour le Y.52

    BERNARDET tente, en 1954, une version monoplace appelée le CABRI (50 cm3) qui sera le signe du renouveau.
    Ce scooter ne pèse que 34 kg et représente l'archétype du scooter urbain : léger et maniable.
    Fin 1954, la cylindrée passe à 85 cm3. Au Salon de 1955, le CABRI acquiert un nouveau moteur et passe à 40 kg.

    Début 1956, le CABRI subit une ultime évolution mais la relève se profilait déjà depuis
    fin 1955 avec le GUEPARD prévu en deux versions 125 et 200 bicylindre.

    La gamme CABRI-GUEPARD disparaît en 1959 avec la liquidation de BERNARDET-LE POULAIN.

    Je suis membre de l'ASSOCIATION DES CYCLES ET VEHICULES BERNARDET (A.C.V.B):
    www.bernardet.com
    Mr Gérard Bernardet,
    41 rue Charles Fourier
    94500 Champigny sur Marne.
  • importing a vespa sidecar from indonesia


    fromhttp://www.arsscoot.com/ Problem No 1 Shipping
    Shipping to France would be:
    Freight: US$ 135/cbm x 3.5 cbm =US$ 472.50
    Document fee US$ 10/shipment =US$ 10.00
    Trucking to Jakarta Port & Custom =US$ 95.00
    Wooden crating box =US$ 100.00
    Total shipping cost US$ 677.50. ( not doot to door service).

    Figures still missing:
    - other costs (bringing the vespa from the nearest port to your door's home),
    - french import duty, I assume at least 25% :-(
    - any import policy.

    The person I've discussed with has been shipping some scooter to USA, Canada, Mexico, Germany, Portugal and Norway.
    At the end it's only money problem....

    Problem No 2 insurance and papers
    In order to drive or even insured these beautiful vehicles, we need some legal papers.
    I've contact the FFVE (La Fédération Française des Véhicules d'Epoque):
    "Your vehicle must be older than 25 years in order to be elligible for a "carte grise de collection" We need also the vehicle indonesian papers (translate by an authorized person = 100$ or more), and the formular 846Agiven by the border authority. Add to this a free formular and
    your reglement 45 euro"


    more soon...
  • LES VOLANTS MAGNETIQUES:VESPA ET LAMBRETTA 54

    Le volant magnétique est un élément capital dans un moteur du fait qu'il fournit l'allumage et l'éclairage. Il est très important pour un usager de connaitre sa constitution et l'entretien qui doit lui être apporté. En effet dans bien des cas de défaut d'allumage, si la bougie n'est pas à incriminer, cela ne veut pas dire que le volant est défectueux. Il suffit seulement d'un encrassement des contacts pour supprimer l'étincelle, ou l'affaiblir au point de ne plus pouvoir enflammer les gaz dan: le cylindre.

    Dans cet article nous présentons deux types de volant magnétique très répandus, celui du Vespa 54 dont la description complétera l'étude de ce scooter publiée dans ce numéro e le volant ABG monté sur le Lambretta 54.

    Nous rappelons que la description du volant Filso qui équipe les précédents modèles Lambretta a fait l'objet d'un paragraphe spécial de l'étude publiée dans le « Spécial Scooter », n, 65 de juin 1953.

    VESPA 54

    Le volant Vespa 54 est du type à 6 pâles et comprend un bobinage HT alimentant la bougie et deux bobinages BT branchés en parallèle, destinés à fournir l'éclairage. Les masses polaires et les aimants sont noyés dans le rotor qui est monté par câne et clavette demie lune sur le vilebrequin. Ce dispositif est très intéressant car en cas de dépose du rotor il n'est pas nécessaire de procéder à nouveau au réglage de l'avance, le rotor n'ayant qu'une seule position possible sur le vilebrequin.

    Le réglage de l'avance est fait par rotation du stator, ses trois vis de fixation passant dans des boutonnières. En regardant la photo on voit très bien les trois bobines, les boutonnières, le condensateur placé entre les deux bobines BT et aussi le rupteur.

    C'est de lui que nous allons nous occuper, car c'est la plupart du temps de son mauvais fonctionnement que proviendra un allumage défectueux.

    Prenons lecas type: pas d'allumage. L'ancienne bougie remplacée par une neuve, le résultat est le même. Après nous être assuré que le levier du commutateur électrique n'est pas resté coincé sur la position arrêt, nous allons regarderai les contacts s'ouvrent correctement.

    Pour cela après avoir enlevé le capot de turbine et, cette dernière fixée par quatre vis sur le rotor, enlevons la bougie et en tournant le rotor avec la main regardons si au point mort haut les contacts du rupteur sont écartés. Il faut toujours prendre cette précaution avant d'enlever le rotor, car il se peut qu'après un long service, le toucheau , c'est-à -dire la petite pièce isolante placée en bout de la partie mobile du rupteur, qui frotte sur la carne, soit usée suffisamment pour ne plus occasionner l'ouverture des contacts.

    Dans ce cas nous allons procéder au réglage d'écartement. Desserrons la vis à tête large marquée A sur la photo, tournons le rotor dans le sens de fonctionnement du moteur, c'est-à dire dans celui des aiguilles d'une montre pour amener le vilebrequin après le point mort haut et pouvoir accéder au rupteur par une des fenêtres de visite. Agir avec un tournevis fin sur la tête fendue de l'excentrique B et la faire tourner jusqu'à produire le décollement des contacts. Régler à 4/10 en interposant une jauge d'épaisseur et rebloquer la vis A. Si malgré cette opération les résultats sont négatifs il est possible et même presque certain que les contacts sont encrassés par un peu de gras et de poussière. On peut s'en assurer en glissant entre les plots un morceau de carte de visite. Laisser retomber le marteau et retirer le carton. Il suffit de le regarder pour se rendre compte s'il y a des traces d'huile. Essuyer les contacts du mieux possible si on se trouve sur la route. La meilleure des choses est de les laver avec de l'essence pure au moyen d'un Petit pinceau ainsi que tout le support de rupteur. S'assurer aussi qu'une petite particule métallique n'est pas venue par accident se loger entre la vis de fixation du ressort de rupteur et la masse polaire de la bobine haute tension.

    Les contacts doivent être séchés par interposition d'un morceau de carte, très lisse, pour ne pas laisser de particule de papier entre les plots. Par précaution brosser les surfaces de contact avec le petit pinceau bien sec après évaporation de l'essence.

    Dans le cas de dépose du stator il faut toujours repérer sa position de faà§on à retrouver le point normal d'allumage. Cette dépose est intéressante pour exécuter un nettoyage sérieux du stator car cela permet de travailler à l'aise. Par la même occasion vérifier que la petite vis qui fixe le support du feutre de carne et le condensateur est bien serrée, car un contact défectueux à cet endroit peut occasionner un mauvais allumage, un mauvais contact n'étant ni plus ni moins qu'une résistance. Dans quatre-vingt dix-neuf cas sur cent les opérations que nous venons de décrire assurent la remise en état et le fonctionnement parfait du système d'allumage car les bobines HT sont robustes ainsi que les condensateurs.

    Au cas ou les contacts seraient usés, pour les remplacer procéder de la faà§on suivante.

    Retirer le petit ressort maintenant la pièce mobile sur son axe ainsi que les petites rondelles d'épaisseur en laiton. Desserrer la vis de fixation du ressort et dégager ce dernier. Enlever la pièce mobile. Dévisser la vis de fixation A, sortit la partie fixe et enlever l'écrou de la vis de fixation du ressort pour débrancher le fil du primaire de bobine HT et le fil du contact d'arrêt.

    Au remontage ne pas oublier que les deux rondelles isolantes placées sur la vis de fixation du ressort doivent appliquer sur le support pour en isoler le ressort et les cosses de fils. Procéder comme indiqué plus haut pour le réglage d'écartement des contacts et l'avance se trouve d'office réglée à nouveau. Au cas o๠l'emplacement du stator n'aurait pas été repéré, caler l'avance à 280 ce qui représente 35 mm. sur la périphérie du rotor.

    boblvespajpg.jpg (8858 octets)

     

     

    LAMBRETTA 54

    Le Larnbretta 54 est maintenant équipé d'un volant ABG qui remplace les modèles Filoo et Marelli montés sur leur machines d'importation.

    Il s'agit d'un volant à quatre pâles comportant une bobine HT pour l'allumage et une bobine BT pour l'éclairage. Il est composé d'un rotor à éléments noyés, c'est-à -dire aimants et pièces polaires et les ailettes de la turbine sont comprises de fonderie sur le rotor.

    Le stator est composé d'un socle comportant les bobines HT et BT ainsi que le condensateur et le rupteur. Ce dernier est du type automobile avec réglage d'écartement maximum par un excentrique. Sur la photo nous voyons la vis A qui immobilise le socle supportant le contact fixe et la tête fend de l'excentrique B destiné au réglage. Une amélioration importante par rapport aux volants italiens est la fixation du condensateur monté par une patte robuste sur un des goujon de fixation de la bobine HT. Le contact très franc assuré de cette faà§on supprime les risques de résistance additionnelle dans le circuit du condensateur.

    Le rotor étant orienté par une clavette demi-lune sur le vilebreqin, l'ajustage de l'avance se fait en orientant le stator le carter moteur. Seo trois vis de fixation passent dans des boutonnières qui permettent une rotation utile de 9 mm.

    Pour l'entretien de a contacts nous retrouvons les mêmes opérations et les mêmes procédés que pour le volant Vespa.L'avance de 28o se traduit par 36 mm. sur la périphérie du rotor. Contrairement au volant du Vespa celui-ci tourne en sens inverse des aiguilles d'une montre.

    Pour le démontage du rupteur nous pensons que le procédé le plus pratique consiste à desserrer l'écrou d'attache du ressort, puis après avoir enlevé le petit ressort d'arrêt placé sur l'axe de la àˆ* 1 :e mobile, à enlever celle-ci pour détendre le ressort.Pour le remontage exécuter la manoeuvre inverse. Allumage : étincelle sans raté 6 mm. à partir de 150 tr/m. l'éclairage étant en fonctionnement.

     

    Capacité du condensateur: 0,38 à 0,32 microfarad. à‰clairage : lampe à employer, 6 volt 28 w pour le phare, 6 volt navette pour le feu AR. La tension de 6 volt est atteinte vers 3.000 tr/rn. à‰cartement des contacts de rupteur - 0,3 à 0,4!10. Distance d'arrachement 3 à 6 mm . le point optimum étant vers 4 à 8 mm.

    Pour conclure nous vous rappelons une fois de plus qu'un bon allumage évite la plupart des ennuis de démarrage et vous assure une consommation normale. D'abord soignez votre bougie et assurez-vous périodiquement que les électrodes sont bien réglée à 4/10 de mm, Ensuite, en vous inspirant des conseils que nous venons de vous donner.; assurez régulièrement le nettoyage de votre volant ce qui vous permettra des démarrages impeccables au premier coup de kick.

    boblamb.jpg (9320 octets)

    P. PALMIERI.

     

  • Links, shops

    En 1954, la firme allemande DKW Auto Union présente un scooter baptisé Hobby, animé par un moteur de 75cm3 équipé d’une boite automatique. Les premiers modèles DKW ne possèdent qu’une selle monoplace et pas de carter de chaîne. Dès 1956 le Hobby franchit les frontières pour être construit en France sous licence et prend le nom de Manurhin. En 1958, DKW abandonne la fabrication du Hobby pour cause de problèmes financiers. Le Manurhin devient une exclusivité mondiale. Ce nom bizarre vient de l'abréviation de « Manufacture des machines du Haut Rhin » où il est assemblé (à l’usine de Mulhouse-Bourtwiller)
     
    001.jpg
    001.jpg
    002.jpg
    002.jpg
    003.jpg
    003.jpg
    004.jpg
    004.jpg
    005.jpg
    005.jpg
    006.jpg
    006.jpg
    007.jpg
    007.jpg
    008.jpg
    008.jpg
    009.jpg
    009.jpg
    010.jpg
    010.jpg
    011.jpg
    011.jpg
    tn_motor.jpg
    011.jpg
    http://motos.anciennes.free.fr/nosmotos/manurhin.html
    http://perso.wanadoo.fr/fan.de.scooter/page4.html
    http://www.maxmatic.com/manurhin.htm
    http://lesmotocyclettes.free.fr/scooter/manurhin.htm
    http://lesanciennesbeynoise.free.fr/Manurhin.htm


    http://www.alienor.org/Articles/scooters/manurhin.htm
    http://www.motoclub.de/Motoclub%20aktuell/Marken%20&%20Modelle/DKW/dkw.html 
    http://mussmann.org/eine%20Hobby%20entsteht.htm
    http://www.mo-ped.se/nvhob1.htm
    http://www.dkw-geyer.com/DKW-Geyer/d/store/index.htm
  • Manual in french

    Use a translation tool like babelfish if needed...

    Manuel du scooter Manurhin SM75

    Translate this page

    N'ayant pas trouvé de copyright dans le manuel, ni aucun droit de reproduction, je me suis permit de le reproduire ici, pour le bien de la communauté. En vous souhaitant bonne restauration

    REMARQUES TRÈS IMPORTANTES    
    IL NE FAUT-EN AUCUN CAS FAIRE TOURNER LE MOTEUR A L'ESSENCE PURE.
    IL EST INDISPENSABLE D'AJOUTER A VOTRE ESSSENCE 5 °/, D'HUILE BP ENERGOL 2 TEMPS TYPE HV PENDANT LA PERIODE DE RODAGE. RAMENER ENSUITE LE POURCENTAGE A 4 %.
    N'OUBLIEZ PAS QU'IL EST INDISPENSABLE DE FAIRE OPERER PAR UN CONCESSIONNNAIRE MANURHIN UNE REVISION DE LA MACHINE APRES LES PREMIERS 35 KILOMETRES, ET UNE AUTRE APRES 1.500 KM.
    POUR VOTRE SECURITE N'UTILISEZ QUE DES PIECES D'ORIGINE, QUI SONT TOUTES RIGOUREUSEMENT CONTROLEES.

    Désignation

    Caractéristiques techniques
    Commandes du MANURHIN
    Conseils de rodage
    Première sortie - Utilisation
    Entretien du MANURHIN
    Description technique
    Démontages, remontages, réglages
    Pannes et leurs remèdes

    AVANT-PROPOS

    Vous venez de faire l'acquisition d'un Scooter MANURHIN. Que vous soyez un néophyte ou un praticien, en tant qu'utilisateur de moto, cyclo ou autre engin motorisé, il est de votre intérêt de lire attentivement celte Notice.
    Vous apprendrez connaître ainsi complètement votre machine, et vous arriverez. la conduire parfaitement dès votre première sortie.
    Ce Scooter est construit sous licence DKW dont la réputation n'est plus faire. Cette grande Marque est universellement connue comme constructeur indiscuté de moteurs 2 temps.
    Le variateur de vitesse continu est construit sous licence UHER.

    CARACTÉRISTIQUES COMPLÈTES DU SCOOTER "MANURHIN"
    construit Mulhouse sous licence D.K.W. - AUTO-UNION
    1, CONSTITUTION GENERALE DU VEHICULE
    CONSTITUTION DU CHASSIS : tube acier 45X40, cintrés froid et soudés électriquement. EMPLACEMENT ET DISPOSITION : Moteur situé sur le châssis -

    2° DIMENSIONS ET POIDS
    EMPATTEMENT : 1,350 m.
    DIMENSIONS HORS TOUT DU VEHICULE CARROSSE Longueur : 1,960 m. - Largeur : 0,670 m. PORTE- -FAUX ARRIERE : 0,320 m.
    PORTE- -FAUX AVANT : 0,275 m.
    HAUTEUR LIBRE AU-DESSUS DU SOL : 0,180 m. POIDS DU CHASSIS ET FOURCHE NUS : 16 kg. POIDS DU VEHICULE EN ETAT DE MARCHE : 80 kg.

    3° MOTEUR
    TYPE : explosion, deux temps.
    NOMBRE ET DISPOSITION DES CYLINDRES : I cylindre incliné 55 degrés.
    EMPLACEMENT ET COMMANDES DE DISTRIBUTION : par lumières dans le cylindre.
    ALESAGE : 45 mm. COURSE : 47 mm. CYLINDREE: 74 cm'.
    TAUX DE COMPRESSION : 5,9 : I 6,1 : I. PUISSANCE ADMINISTRATIVE : I CV.
    CARBURANT NORMALEMENT UTILISE : Mélange essence/huile.
    RESERVOIR DE CARBURANT
    CAPACITE : 6 5 litres.
    EMPLACEMENT: sous la selle.
    REGIME DE ROTATION
    DU MOTEUR : 5.000 tours/minute.
    COUPLE MAXIMUM : 0,47 mkg. 4.250 tours.
    PUISSANCE MAXIMUM : 3 ch.
    ECHAPPEMENT : par expansion terminé par un volume
    a) VOLUME DU POT des gaz dans un pot d'éjection dirigé vers l'arrière
    1.350 : cm3' cloisonné,
    b) EMPLACEMENT : sous le carter du moteur.
    ALIMENTATION : Carburateur Bing 4/14/1. (bougie val. ALLUMAGE : par volant magnétique. Avance fixe thermique 225).
    EQUIPEMENT ELECTRIQUE : 12 volts - 30 watts.
    GRAISSAGE MOTEUR : par incorporation d'huile dans
    REFROIDISSEMENT : par air forcé. l'essence.


    4° TRANSMISSION DU MOUVEMENT
    EMBRAYAGE : par écartement des flasques de la poulie primaire.
    CHANGEMENT DE VITESSE : par variateur automatique courroie par poulies flasques déplaçables.
    TRANSMISSION MOTEUR : Transmission primaire par courroie.
    Transmission secondaire par pignon et couronne rapport fixe et par chaîne sous carter.
    Combinaison
    Rapport moteur
    Rapport réducteur de vitesses variateur
    et variateur infinies

    Rapport du variateur Démultiplication roue motrice totale
    1 :3,6 couple I :8,33

    POSITION ET NATURE DES COMMANDÉS
    a) FREIN AV : Par levier sur guidon, transmission par câble et réglage par vis creuse et contre-écrou ;
    b) FREIN AR : Par pédale dépassant du plancher, transmission I : 3,5 chaîne 1 :24.4
    Avec des pneumatiques de 2,75/16 (dont la circonférence de roulement sous charge est de 1,725 mètre), la vitesse peut varier
    par câble et réglage par vis creuse et contre-écrou.

    8° CARROSSERIE
    Type : Scooter.
    en palier de : 5 60 km/heure.
    Cette vitesse de 60 km/heure est obtenue avec 5.000 t/mn au moteur.

    Jante 429/460 - Pneus 275/16.

    MATERIAUX ET MODE DE CONSTRUCTION : Tôle d'acier emboutie.
    DIMENSIONS EXTERIEURES : Longueur maximum 1.960 mm.
    Largeur maximum 0,610 mm.

    INDICATEUR DÉ VITESSE : Prise de flexible l'axe de la roue avant, cadran de lecture fixé sur guidon.
    CHASSIS : Cadre en tube d'acier soudé - A l'avant fourche télescopique - A l'arrière bras oscillants élément élastique en caoutchouc - Siège-coussin en caoutchouc mousse - Guidon réglable.

    5° SUSPENSION
    ROUÉ AVANT : Fourche télescopique.
    ROUÉ ARRIÉRÉ : Oscillante avec élément élastique en caoutchouc.

    9° ÉCLAIRAGE ET SIGNALISATION
    a) A L'AVANT : Projecteur type agréé ABTP 494, dont l'axe est situé 0,770 m. du sol, le véhicule étant vide et 0,750 m.
    le véhicule étant pleine charge et comportant
    - I veilleuse 12 volts 2,7 watts
    - I éclairage de route 12 volts 25 watts
    - 1 éclairage de croisement 12 volts 25 watts
    (Lampe type agréée sous le N° TP 318).

    b) A L'ARRIÉRÉ
    - I feu rouge situé 0,490 m. du sol, 12 volts, 2,7 watts.
    - I dispositif réfléchissant, même emplacement, type agréé
    sous le N° AGR-TPV 109.

    6° DIRECTION
    TYPÉ 1 par guidon et fourche.
    TRANSMISSION : Directe.
    DÉMULTIPLICATION : I/I.
    DIAMÈTRE DÉ BRAQUAGE HORS TOUT : 3 m


    7° FREINAGE
    TYPE ET NATURE DES FREINS : A tambours sur moyeu AV et AR, garniture rivée sur mâchoires.
    DIAMÈTRE DÉS TAMBOURS : 105 mm AR - 125 mm AV. LARGEUR DÉ CONTACT : 20 mm.
    SURFACE ACTIVÉ DÉ CONTACT : AV 5.200 mm', AR 4.400 mm'.
    EFFORT SUR LÉS SURFACÉS DÉ FROTTEMENT : En fonction d'un effort sur la pièce de commande
    FREIN AV : Effort la commande : 15 kg.
    Effort sur les surfaces de frottement : 10,3 kg/cm'. FREIN AR: Effort la commande : 40 kg.
    Effort sur les surfaces de frottement : 25,5 kg/cm'.
    .
    RAPPORT DÉS LEVIERS 4 69
    a) FREIN AV : main - X - I 7,5 3 69
    b) FREIN AR: pied - X - I 7,5

    10° DIVERS

    AVERTISSEUR DÉ VILLE : Vibreur 12 volts.
    INSCRIPTION DU TYPÉ ET DU N° D'ORDRE DANS LA SÉRIÉ Sur la partie supérieure du tube de châssis au-dessus du garde boue AV (côté droit).
    INSCRIPTION N° DU MOTEUR. - Sur le carter AV, sous le carburateur, visible par la trappe d'accessibilité au moteur.
    EMPLACEMENT DÉ LA PLAQUÉ CONSTRUCTEUR : Sous la selle. EMPLACEMENT DÉ LA PLAQUÉ D'IMMATRICULATION : A l'extrémité arrière de la carrosserie et 0,330 m. du sol. RÉTROVISEUR : Sur guidon.

    1,51 : 1

    Système UHER
    I : 1 1:1,93



     

    COMMANDES DIVERSES

    1°) LÉ ROBINET D'ESSENCE. - On l'atteint en ouvrant la petite porte ajourée qui se trouve l'avant du carénage ; pour ouvrir cette porte, appuyer sur le bouton de fermeture et tourner la languette vers le bas le robinet est alors portée de la main.

    2°) LÉ STARTER. - Il est constitué par un volet qui réduit l'eCrée d'air dans le carburateur ; on l'utilise lorsque le moteur est froid, afin de faciliter le départ en produisant un mélange riche ; pour cela, lever le petit levier dont l'extrémité sort de la grille de la porte mentionnée plus haut : le retour du volet sa position normale se produit automatiquement dès qu'on agit sur la poignée de commande des gaz. NE JAMAIS UTILISER LE STARTER LORSQUE LE MOTEUR EST CHAUD !

    3°) LE LEVIER DE DÉBRAYAGE. - Il se trouve l'extrémité gauche du guidon, en dessous de la poignée. Ce levier serf supprimer la liaison entre le moteur et la roue arrière, ce qui permet au moteur de tourner sans que la machine avance.
    Contrairement aux débrayages classiques, le débrayage du MANURHIN ne sert que pour démarrer ou s'arrêter : en effet, dès qu'on a démarré, il n'y a plus besoin de débrayer pour passer les vitesses, puisque le Variateur continu automatique évite cette manoeuvre ! Il n'y a pas d'autre moyen que ce levier pour supprimer la liaison entre le moteur et la roue arrière. Aussi pour lancer le moteur, il est nécessaire de le mettre en position de débrayage il est maintenu dans cette position par un cliquet situé sur le levier de débrayage.
    1l est déconseillé de débrayer lorsque le moteur tourne plein régime. Fermez les gaz et ne débrayez qu'au dernier moment.

    4°) COMMUTATEUR. - Il se trouve sur le guidon en avant de la poignée de débrayage. Pour arrêter le moteur, il suffit de tourner la molette vers la droite, jusqu' ce que le moteur ne tourne plus. Le même bouton commande également l'éclairage « veilleuse », « phare » et « croisement ». Pour l'avertisseur, appuyer sur le bouton.
    5°) LA POIGNÉE DE MISE EN MARCHÉ DI MOTEUR. - Elle se trouve sur le côté gauche du véhicule, sert lancer le moteur. Pour cela, étant assis sur le scooter, apr avoir serré le levier de débrayage jusqu' ce que celui-ci se bloqi avec son cliquet, il suffit de tirer rapidement la poignée vers le hai jusqu' la hauteur de la selle environ. Ce mouvement entraîne moteur par l'intermédiaire d'un câble enroulé sur un tambour.
    Eviter de mettre en route debout. Dans ce cas, si on ne pe faire autrement, éviter de tirer sur le câble A FOND ! Cette manse vre répétée peut la longue provoquer la rupture prématurée i câble de démarrage.
    6°) LA BÉQUILLE. - Elle sert maintenir le scooter l'arrêt. On l'abaisse très facilement avec le pied, et lorsqu'elle < en position basse, le scooter tient parfaitement debout.
    Avant de repartir, il suffit de repousser la béquille en arriè avec le pied - mouvement facilité par un ressort de rappel qui rabat dans sa position de route.
    7°) FREIN AU PIED. - Le freinage de la roue arrU est commandé par une pédale qui se trouve sur le côté droit plancher.
    8°) COMMANDÉ DÉS GAZ. - La commande des, 5 s'effectue par l'intermédiaire d'une poignée tournante qui se trou l'extrémité droite du guidon. En tournant la poignée vers l'arriè on ouvre l'arrivée des gaz dans le moteur auquel on donne ai plus de puissance ; en la tournant vers l'avant, on referme le p sage des gaz, ce qui ralentit le moteur.
    Grâce au Variateur continu, la simple rotation de la poignée p, met de régler la vitesse du MANURHIN. Sans autre manoeuvre, passera progressivement de la vitesse d'un homme au pas vitesse maximum possible, suivant l'effort vaincre.
    Lorsque le moteur tourne au 'ralenti la machine étant débrayé il faut éviter d'accélérer, car la butée de débrayage pourrait so frir d'une usure prématurée.
    9°) FREIN A MAIN. - Le freinage de la roue avant commandé par une poignée qui se trouve l'extrémité droite guidon, sous la poignée des gaz.

    CONSEILS DE RODAGE
    La précision de la fabrication MANURHIN et la finition parfaite de toutes les pièces en mouvement ont permis de supprimer pratiquement le rodage.
    Toutefois, il est recommandé de ne pas le pousser plein dès les premiers kilomètres. Nous recommandons de ne pas dépasser 40 l'heure pendant les 100 premiers kilomètres, et 50 l'heure pendant les 300 kilomètres suivants.
    Il est bon, au cours de ces périodes, d'ouvrir les gaz fond de temps en temps pendant un temps très court.
    Nous vous rappelons qu'une révision doit être faite par un Agent MANURHIN après leir".600 premiers kilomètres et une autre après 1.500 km. La première de ces deux révisions est gratuite.
    Nous vous conseillons, même après un rodage bien mené, de conduire votre machine dans les conditions les plus économiques et, en conséquence, sauf cas exceptionnel, « marchez au 3/4 de gaz ».
    Après vous être familiarisé avec les diverses commandes du MANURHIN, vous êtes prêt prendre la route.
    Avant de procéder le mise en marche du moteur, il faut d'abord remplir le réservoir, vérifier ensuite la pression des pneus, contrôler enfin les freins et l'éclairage.
    Pour remplir le réservoir d'essence dont l'accès est très facile basculer la selle vers l'avant, ce qui découvre le bouchon du réservoir. Il suffit ce moment-l de procéder au remplissage, soit avec un mélange que vous préparerez vous-même en ajoutant 4 5 °/, d'huile BP ENERGOL 2 temps type HV au carburant, ou, mieux, en vous ravitaillant directement une pompe qui délivre un mélange tout préparé. (La capacité du réservoir est d'environ 6 litres).
    Bien entendu, pendant le remplissage, le moteur doit être arrêté, et on ne doit pas fumer proximité. Il est par ailleurs recommandé, en cas de pluie, de protéger l'ouverture du réservoir, pour éviter que de l'eau ne tombe l'intérieur.
    La pression des pneus a une importance toute particulière une bonne tenue de route, l'usure des pneus et la consommation d'essence, en dépendent. Nous conseillons de la vérifier souvent, les pneus étant froids.

    - Roue AV
    Solo 1,3
    Duo 1,3

    - Roue AR
    Solo 1,6
    Duo 2,25

    Ne pas s'inquiéter si après avoir longtemps roulé la pression des pneus est un peu supérieure celle indiquée ci-dessus.
    La pression redeviendra normale lorsque les pneus se seront refroidis. Cette légère surpression est due l'échauffement naturel provoqué par le roulage.

    PREMIÈRE SORTIE UTILISATION

    a) MISE EN MARCHE DU MOTEUR. - Étant assis sur la machine
    - S'assurer que le commutateur d'éclairage est en position zéro.
    - Serrer le levier de débrayage jusqu' enclanchement du cliquet.
    - Ouvrir le robinet d'essence.
    - Lever la commande du starter (moteur froid seulement).
    - Tourner la poignée des raz vers I arrière d'environ 1/4 de sa course.
    - Saisir la poignée du démarreur et la tirer vivement vers le haut.
    Le moteur, s'il est bien réglé, doit partir après une ou deux tractions.
    Aussitôt le moteur lancé, le ramener au ralenti en tournant la poignée des gaz vers l'avant.

    b) DEMMARRAGE
    - ATTENTION. Ne pas oublier de relever la béquille complètement.
    - Serrer le levier de débrayage pour libérer le cliquet et relâcher doucement le levier en donnant légèrement les gaz.
    Le scooter se mettra en mouvement et, partir de ce moment, il n'y a plus, pour le conduire, qu' utiliser la poignée des gaz.
    Le Variateur continu entre en effet en action et se charge d'adapter exactement la puissance du moteur l'effort nécessaire.
    Il peut arriver que le moteur cale au moment du démarrage ; la raison en sera soit un embrayage trop brutal, soit que l'on n'a pas donné assez de gaz.
    Par temps très froid, pour faciliter le départ du moteur, il est recommandé de tirer 4 ou 5 fois sur la poignée de démarrage, tout en tournant le molette d'arrêt du moteur, ce qui a pour effet de remplir le cylindre de gaz frais. Le moteur doit alors démarrer dès la première traction, molette d'arrêt libérée, bien entendu.
    Il sera bon de laisser tourner le moteur vide pendant environ une minute, pour le faire chauffer, condition d'avoir remis le starter en position de départ, après quoi, il n'y aura aucune difficulté pour démarrer.

    c) FREINAGE. - Il y a lieu de remarquer d'abord que le Variateur continu, par sa conception même, fait agir le moteur comme frein dès que l'on coupe les gaz au moyen de la poignée.
    Si on veut ralentir plus rapidement, on utilisera de préférence le frein main, agissant sur la roue AV.

     


    Utilisation du lanceur-démarreur.


    Dans les cas urgents, on actionnera simultanément les deux freins. main et au pied. Au cours d'une descente longue et rapide, on alternera les deux freins, de façon les laisser refroidir chacun leur tour.
    Si la route est glissante (pluie ou verglas), il est conseillé de rouler très prudemment pour éviter d'avoir freiner brutalement. Il en est de même sur les chemins sablonneux ou couverts de gravillons.
    De toute façon, il ne faut jamais donner des coups de freins brusques, sauf en cas d'obstacle imprévu.

    d) ARRÊT. - Pour s'arrêter, il faut d'abord ralentir, en coupant les gaz et, au besoin, en freinant jusqu' ce que la machine roule très doucement ; ce moment, serrer le débrayage jusqu' enclanchement du cliquet. Le moteur continuera alors tourner au ralenti sans que le scooter avance.
    Il ne faut pas débrayer tant que le scooter roule rapidement, cette manoeuvre est d'ailleurs difficile, du fait même de la conception du Variateur continu, et est nuisible pour les organes de butée (butée billes, circlips).
    Pour arrêter le moteur, il suffit de tourner la molette d'arrêt du moteur.

    Pour obtenir du MANURHIN le maximum de satisfaction, il est nécessaire de l'entretenir avec soin.
    Les révisions périodiques doivent être faites régulièrement. Les Agents MANURHIN particulièrement compétents et bien outillés, sont la disposition des usagers non seulement pour les réparations éventuelles, mais aussi pour assurer l'entretien de leurs scooters.
    Nous insistons tout particulièrement sur la nécessité de faire effectuer par les Agents MANURHIN, les deux premières révisions, dont la première est gratuite. Au cas où cette prescription ne serait pas suivie, il ne serait plus possible de faire jouer la clause de garantie.
    Pour les Scootéristes qui désireraient assurer eux-mêmes l'entretien de leur machine, après ces deux révisions que nous considérons comme indispensables, nous indiquons ci-après les quelques travaux qui peuvent être faits facilement sans l'intervention d'une Station-Service

     

    I. - ALIMENTATION.

    1) Filtre d'arrivée d'essence au carburateur
    Destiné arrêter les impuretés ou les gouttelettes d'eau qui pourraient exister dans le carburant, ce filtre se trouve dans le raccord qui fixe e tuyau d'arrivée du carburant au carburateur. Il est bon de le nettoyer de temps en temps; pour cela, après avoir dévissé le raccord en question, extraire avec précaution le filtre qui a la forme d'un petit dé coudre, et le nettoyer en soufflant vigoureusement travers (s'il restait collé au carburateur, utiliser une épingle pour le retirer).

    2) Filtre du réservoir d'essence
    Il existe un filtre la sortie du réservoir (côté intérieur). Si on constate une alimentation défectueuse au carburateur (diminution de la puissance, retours, difficultés de mise en route), et si après un nettoyage du filtre du carburateur, l'alimentation n'est pas redevenue normale, c'est que le filtre du réservoir est obstrué (si on retire le tube flexible du carburateur, l'essence ne coule pas ou coule 'faiblement lorsqu'on ouvre le robinet). Pour le déboucher, on


    soufflera fortement dans le tuyau souple après avoir ouvert le robinet et enlevé le bouchon du réservoir ; on repousse ainsi les saletés qui obstruaient le filtre, et l'essence coulera de nouveau. Cette opération n'est qu'un dépannage provisoire faire en route. Il sera bon, dès que possible, de faire un nettoyage complet de la tuyauterie du filtre et du réservoir.

    3) Filtre air du carburateur
    Il est situé dans le coude en caoutchouc qui relie le carburateur la. prise du moteur. Il faut le nettoyer de temps autre, et d'autant plus souvent que l'on roule plus fréquemment en terrain poussiéreux. Pour cela, enlever d'abord le coude en caoutchouc en retirer le filtre, le plonger dans un récipient propre contenant de "essence, le brosser et le sécher ; mettre quelques gouttes d'huile réparties sur sa surface, et le remonter.
    En le remettant en place dans le coude, avoir soin de bien l'engager dans la rainure prévue pour lui, afin qu'il ne se mette pas en travers lors du remontage du coude, ce qui provoquerait une diminution d'arrivée d'air, préjudiciable la bonne marche du moteur. Remettre ensuite le coude en place en le fixant d'abord du côté moteur.

    4) Réglage du carburateur
    a) La richesse du mélange est réglée par l'aiguille crantée (voir page 22).
    b) Le ralenti se règle comme il est indiqué page 22, en tournant la vis (11) dans le sens des aiguilles d'une montre pour augmenter le régime du moteur ; en sens inverse pour le réduire.
    Si la rotation de la vis ne modifie pas la vitesse du moteur, c'est que' le câble de commande des gaz est trop tendu ; pour le détendre, visser la vis creuse moletée travers laquelle passe le câble de commande (après avoir desserré son contre-écrou), jusqu' ce que la rotation de la vis de réglage du ralenti agisse. Res. serrer ensuite le contre-écrou.
    NOTA. - Le réglage du ralenti doit se faire le moteur étant chaud.

    II. - ALLUMAGE.
    Le courant haute tension qui alimente la bougie est fourni par le volant magnétique.
    La bougie doit être vérifiée et nettoyée assez fréquemment pour cela, il faut la sortir du moteur en utilisant la clé bougie fournie avec le Scooter. Une fois démontée, on la nettoiera de préférence avec une petite brosse métallique et on vérifiera que l'écartement des électrodes est correct. Cet écartement doit être de 0,4 0,5 mm. (épaisseur d'une carte postale).
    Ne jamais toucher l'électrode centrale.

    III. - ECLAIRAGE
    L'éclairage du Scooter est assuré par un projecteur avant comportant : une position veilleuse, une position croisement, une position phare et une lanterne arrière. Le courant nécessaire est fourni par le volant magnétique décrit dans le § « Dispositif d'éclairage et d'allumage ».

    DESCRIPTION TECHNIQUE

    LE MOTEUR
    Le cycle idéal d'un moteur simple, robuste et d'entretien facile, est le cycle deux temps.
    Les usines DKW qui, dès l'origine, ont particulièrement étudié ce type de moteur, en sont actuellement les grands spécialistes.
    La cylindrée choisie (75 cc) donne les 3 ch qui, grâce au Variateur'continu, sont largement suffisants pour assurer au Scooter MANURHIN toute la puissance nécessaire.
    Le moteur est du type piston plat, balayage système Schnürle et refroidi par une turbine fixée sur le volant magnétique ; le volant magnétique porte également la pièce d'entraînement du tambour du câble de lancement.
    Toutes les pièces du moteur ont été calculées de façon particulièrement large et sont par suite très robustes ; le carter, en aluminium, servant de chambre de tranquillisation et de palier aux différents organes, est hermétique grâce des bagues d'étanchéité situées devant chaque palier et un joint d'étanchéité entre les deux moitiés du carter. Le vilebrequin est monté sur deux roulements billes ; la bielle est articulée sur le vilebrequin par l'intermédiaire d'un roulement rouleaux ; le piston est en alliage léger ; le cylindre en fonte grise spéciale et la culasse en alliage léger garnie d'ailettes de refroidissement d'une très grande efficacité. Le graissage est fait par mélange d'huile au carburant. La puissance du moteur est toujours utilisée de façon rationnelle grâce au Variateur continu qui est décrit dans un chapitre suivant.

    DISPOSITIF D' ECLAIRAGE ET D'ALLUMAGE
    Sur une des extrémités du vilebrequin se trouve fixé le volant magnétique qui n'est qu'une génératrice de courant alternatif alimentant l'allumage de la bougie du moteur, l'éclairage du projecteur et de la lanterne AR et l'avertisseur. Ce volant magnétique sert en même temps, en raison de son poids, de volant. Sur sa périphérie, il est garni d'ailettes formant ventilateur. Le courant d'air ainsi produit est canalisé sur le moteur dont il assure le refroidissement.

     


    Le schéma de l'installation électrique existante sur le MANURHIN est figurée sur notre dessin

     

     LE CARBURATEUR

    Il s'agit ici d'un carburateur aiguille avec volet de, départ, fabrication BING, type 4/14/1. Lorsque le robinet d'essence est ouvert, le carburant pénètre dans la cuve niveau constant (3) en passant par un raccord en laiton (I) qui contient l'intérieur un tamis d'essence (2). L'arrivée de l'essence est réglée par un pointeau (5) actionné par le flotteur (4). Le carburant arrive ensuite dans le gicleur pointeau (7) en passant tout d'abord par la buse (6). La descente du piston, pendant la course d'admission, crée un vide partiel dans le cylindre, qui a pour effet d'aspirer l'essence, partir du gicleur pointeau, en même temps que l'air extérieur. Un mélange air et essence se forme dans la chambre (8).

    La quantité du mélange air-essence pénétrant dans le moteur, (donc sa vitesse et sa puissance), sont réglés d'un côté par le boisseau des gaz (9) actionné par l'intermédiaire du levier (13) et de l'autre côté par la position de l'aiguille (10). Plus vous tournez vers l'arrière la poignée des gaz située sur la guidon, plus le coulisseau des gaz s'ouvre, et plus le carburant pénètre dans la chambre (8) de mélange.

    Avec la vis (11 ) on règle la marche du moteur au ralenti. Le boisseau des gaz repose, en cas de ralenti, sur la pointe conique de cette vis. Une rotation vers la droite de cette vis soul
     
     




    Le schéma de l'installation électrique existante sur le MANURHIN est figurée sur notre dessin

    LE CARBURATEUR

    Il s'agit ici d'un carburateur à aiguille avec volet de, départ, fabrication BING, type 4/14/1. Lorsque le robinet d'essence est ouvert, le carburant pénètre dans la cuve à niveau constant (3) en passant par un raccord en laiton (I) qui contient à l'intérieur un tamis d'essence (2). L'arrivée de l'essence est réglée par un pointeau (5) actionné par le flotteur (4). Le carburant arrive ensuite dans le gicleur à pointeau (7) en passant tout d'abord par la buse (6). La descente du piston, pendant la course d'admission, crée un vide partiel dans le cylindre, qui a pour effet d'aspirer l'essence, à partir du gicleur à pointeau, en même temps que l'air extérieur. Un mélange air et essence se forme dans la chambre (8).

    La quantité du mélange air-essence pénétrant dans le moteur, (donc sa vitesse et sa puissance), sont réglés d'un côté par le boisseau des gaz (9) actionné par l'intermédiaire du levier (13) et de l'autre côté par la position de l'aiguille (10). Plus vous tournez vers l'arrière la poignée des gaz située sur la guidon, plus le coulisseau des gaz s'ouvre, et plus le carburant pénètre dans la chambre (8) de mélange.

    Avec la vis (11 ) on règle la marche du moteur au ralenti. Le boisseau des gaz repose, en cas de ralenti, sur la pointe conique de cette vis. Une rotation vers la droite de cette vis soul

     

     

  • Manurhin SM75 80 ccm 1955

    La Manufacture du Haut Rhin présente en 1956 le MR75 qui est une réplique du modèle allemand HOBBY de DKW. Au Salon de 1957, MANURHIN améliore légèrement son scooter. En 1958, la firme allemande DKW cède à MANURHIN l'exclusivité du modèle HOBBY. Bien qu'apparu tardivement sur le marché le MANURHIN s'y fera une place honnête grâce à sa maniabilité, sa tenue de route et son silence.

  • Mode d emploi Vespa 1955

    Notice d'emploi & d'entretien modèle vespa 1955  

    Caractéristiques principales

    Chassis : en tole de forme ouverte et caréne. Suspension des roues AV et AR : élastique avec ressort hélicoidal et amortisseur hydraulique à double effet. Suspension coaxiale pour l'AR.

    Moteur: à deux temps à balayage en croix

    • Cylindre horizontal en fonte et culasse en alliage léger.
    • Alésage mm. 54
    • Course mm. 54
    • Cylindré ccm. 123,67
    • Puissance effective cv 5
    • Rapport volumétrique 6,5 : 1
    • Transmission : directe du moteur à la roue arrière par l'intermèdiaire de l'embrayage, l'engrenage élastique et les engrenages du changement de vitesse.
    • Mise en marche : par pédale (kick-starter) à la droite du scooter.
    • Changement de vitesse -. trois vitesses avec engrenages en bain d'huile, toujours en contact. Commande par poigné à l'extrémité gauche du guidon, combiné avec l'embrayage.
    • Embrayage : à disques multiples en acier avec garniture de liège (lubrification abondante) commande au guidon par levier, transmission flexible réglable.
    • Allumage : par volant magnétique.
    • Eclairage et Avertisseur . par volant magnétique à courant alternatif alimentant le phare avant (trois é£lairages) et le feu arrière.
    • Freins à tambour : frein avant commandé par poigné à l'extrémité droite du guidon et câble, frein arrière commandé par pédale fixé sur le marchepied (droit).
    • Roues : en tôles d'acier emboutie.
    • Pneus 3,50 x 8 (diamètre total du pneu 385 mm.). Les roues sont facilement démontables.
    • Fixation par goujons et écrous (système employé pour les automobiles). Les roues sont interchangeables.
    • Réservoir : d'une capacité d 'environ 6,5 litres (réserve comprise). Muni d'un robinet à trois positions : ouvert - fermé - réserve ;
    • capacité de la réserve : 0,650 litre.
    • Consommation à vitesse économique ~ 2 litres aux 100
    • Vitesse maximum 70-75 km. heure.
    • Distance entre les axes de roues 1. 160 mm.
    • Largeur maximum du guidon 790 mm.
    • Longueur maximum du scooter 1.715 mm.
    • Hauteur maximum du scooter 1.040 mm.
    • Hauteur de la selle 760 mm.
    • Hauteur minimum du marchepied 220 mm.
    • Rayon de braquage 1 m. 50
    • Poids total à vide 86 kg. environ  

    Dispositif antivol : sur le chassis, prés du guidon, est aménagé une serrure antivol, qui bloque le scooter avec un tour de clé Â¥n tournant à fond le guidon vers la gauche jusqu'au déclic. Dans cette position, le scooter ne peut que tourner sur lui même. Le déblocage se fait par un tour de clé en sens inverse et en redressant le guidon voir fig. 3). Nous recommandons de ne pas lubrifier le dispositif antivol même en cas de fonctionnement défectueux. La clé ne doit absolument pas être retiré de la serrure pendant l'utilisation du scooter.

    Béquille : sous le marchepied se trouve une béquille qu'on peut aisément mettre en place avec le pied. Deux robustes ressorts de rappel la tiennent pendant la marche bien fixé au marchepied et empêchent toutes vibrations. Outillage de la trousse : 1 clé à tube multiple - 2 clés plates coudes 2 clés plates simples - 1 tournevis. Ces outils contenus dans une trousse en toile, sont placée ainsi qu'une pompe à pneumatiques et cette notice dans le coffre, sur le gauche du scooter.

    Accessoires

    • Le scooter VESPA peut être équipé sur demande des accessoires suivants : Selle AR pour passager : celle-ci doit être fixé sur le porte-bagages dont le scooter est pourvu. Ce siège élégant et d'un encombrement modéré complète l'éfficacité de la suspension, rendant exceptionnellement confortable la position du passager.
    • Roue de secours avec support: le support de la roue de secours est fixé sur la partie arrière du porte-bagages par boulons et écrous. Il est extrêmement robuste et simple et maintient la roue dans une position qui ne gêne nullement le passager. Le catadioptre étant placé sur le verre de feu AR, la roue de secours ne gêne nullement la partie réfléchissante.

    Compteur et indicateur de vitesse: cet accessoire encastré dans le phare, est normalement monté dans nos ateliers La transmission est placé tout entière à l'intérieur du chassis et la commande du compteur monté sur le pivot de la roue avant.

    Mode d'emploi

    Carburant à utiliser: même à un litre d'essence 10% ou 10 cc. d'Esso Motor SAE 30 pour les 1.500 premiers kilomètres et 6%. d'huile Esso Mofor Cil S.A.E. 30 au dela. Prendre garde à ce que la prise d'air du bouchon du réservoir d'essence soit toujours propre. Nous recommandons pour ce mélange une seule qualité d'huile : ESSO MOTOR OIL S.A.E. 30.

    Démarrage -. pour mettre le scooter en marche, il faut tout d'abord ouvrir le robinet d'essence (les trois positions : ouvert, fermé¬Â ré³Â¥rve sont montré³ fig. 6). Régler la poigné de changement de vitesse à la position ? point mort? et la poigné des gaz au minimum. actionner la pédale de démarrage. (Il n'est pas conseillé à l'usager de mettre en marche, le scooter étant sur la béquille). En cas de difficulté¬Â on s'assurera que le moteur n'est pas noyé¬Â c'est-?ire que le mélange ne dé§Â¯utte pas du carburateur.

    S'il ne l'est pas, tirer vers le haut le levier du starter situé sous le siège et agir de nouveau sur le kick-starter. Au contraire, si le carburateur est noyé il, faut ouvrir au maximum la commande des gaz et actionner le kick-starter plusieurs fois. Ensuite, réduire les gaz et à nouveau actionner le kick-starter. On peut observer à l'afflux d'essence en et la bougie et en faisant faire au moteur quelques tours en actionnant la pédale de démarrage. Avant de remonter la bougie, il faudra l'essuyer avec un chiffon propre. Départ: le moteur étant au ralenti, débrayer et tourner la poigné gauche de telle facon que le trait repère corresponde à la première vitesse (voir Ag. 8). Embrayer ensuite lentement en donnant les gaz jusqu'au départ.

    Changement de vitesse : aprés avoir pris en première vitesse une certaine allure, diminuer tout à coup les gaz, débrayer, tourner rapidement la poigné gauche, de facon telle que le repère se trouve devant le numéro correspondant à la deuxième vitesse et redonner immèdiatement des gaz en embrayant. Exécuter les mêmes opérations pour passer de la deuxième à la troisième. Pour rétrograder, couper les gaz, débrayer et en même temps, tourner la poigné gauche sur la position démarré

    S'il faut réduire la vitesse, ne pas hésiter à rétrograder pour repartir. Si des anomalies se manifestent dans le fonctionnement du changement de vitesse et particulièrement si la manoeuvre devient plus difficile (en condition normale un léger jeu doit subsister sur le mouvement de la poigné©. nous conseillons au conducteur de s'adresser pour le réglage à une agence Vespa.

    Pneumatiques : les roues étant interchangeables, elles peuvent être monté indifférêmment à l'avant ou à l'arrière Il y a lieu toutefois de contrôler la pression en se conformant aux indications cité plus loin.

    En cas de crevaison d'un pneu, il faut démonter la roue en dévissant et en ?t les quatre écrous assurant sa fixation ; la dégager ensuite des quatre goujons et céder enfin à son remplacement par la roue de secours (fig.10).

    Pour dé§Â¡ger le pneu : il faut dévisser les six éc²ous qui unissent la ?jante à la contrejante, les enlever avec leurs rondelles. et séparer la jante de la contre-jante. La pression des pneus doit toujours être maintenue à ±,25 kg/cmq. pour la roue arrière et 1 kg/cmq pour la roue avant. Avec un passager, la pression moyenne du pneu arrière doit être porté à ² kg/cmq. ; celle du pneu avant à ±.25 kg./cmq. Arrêt du moteur : couper le contact (fig. 7). Dans le cylindre subsiste une quantité de mélange permettant au moteur de repartir instantanément à l'appel du kick-starter. Dans le cas d'un arrêt prolongé fermer le robinet d'essence et laisser tourner le moteur jusqu'au moment o?s'arrê´Â¥ de lui-même. Réglage des freins : pour obtenir un bon fonctionnement des freins, il faut que la roue tourne librement quand la pédale ou le levier de commande sont en position de repos :

    Fig 12 - Réglage du frein avant. Fig 13. Réglage du frein arrière. - le freinage commence quand on agit sur la commande correspondante On peut obtenir ces conditions grâce aux vis de réglage indiqué³ par la sur les figures 12 et 13. Réglage du ralenti : il peut être fait sans outil, en utilisant la vis serran le couvercle du corps du carburateur. Pour augmenter le ralenti, il faut visser pour le diminuer, dévisser.

    ENTRETIEN

    Nettoyage du scooter : pour le nettoyage du moteur. le mieux est de se servir de pétrole, d'un pinceau et de chiffons propres pour essuyer. Toutes les parties passé³ au vernis doivent, au contraire, être lavé³ à l'eau et essuyé³ avec une peau de chamois. Il n'est pas indiqué d ''employer du pétrole pour le vernis, car cela le rend opaque et le détiriore rapidement. Rodage : aprés la période de rodage, c'est-à dire aprés les' 1.500 premiers kilomètres, effectuer la vidange d'huile. Vidange : pour procéder à la vidange de la boite à vitesses, il faut : - Poser le scooter sur sa béquille.

      Le moteur étant chaud, dévisser le bouchon de vidange à l'emplacement indiqué sur la fig. 14. Une fois l'huile éc¯ulé¬ remonter le bouchon de vidange avec sa rondelle d'étanchéité Â¥t bloquer celui-ci. - Refaire le plein d'huile, le niveau affleurant le pas de vis du bouchon marqué « Huile ?.

    Tous les 2000 Km :

    1? Vérifier le niveau de l'huile de la boite de vitesses en dévissant le bouchon qui porte le mot Huile (voir fig. 14). Le scooter étant d'aplomb, le niveau de l'huile doit affleurer le pas de vis. Pour lubrifier le moteur, n'employez que de l'huile de la qualité indiqué dans le tableau de la page 25, 2? Nettoyer et remplir les graisseurs du moyeu avant. 3? Nettoyer la bougie au moyen de toile émeri ou de petites limes et régler les électrodes (0,6 mm.).

    - Vérifier l'état de l'isolant de la bougie. S'il présente des crevasses ou des ruptures, il y a lieu de la remplacer. Pour nettoyer la bougie, il est nécessaire d'employer de l'essence pure. - Il n'est pas conseillé d 'e changer le type des bougies choisies par le constructeur. Se rappeler que beaucoup d'inconvénients peuvent être évités au moteur par l'usage constant d'un type de bougie appropriés

    Tous les 3.000 kilomètres :

        Nettoyer le filtre à air. Il faut pour cela démonter la prise d'air, la détacher du carburateur et la passer dans un bain d'essence à s0% d'huile. 2? Nettoyer le filtre du carburateur à l'essence pure. Nettoyer la cuve en verre du robinet d'essence et essuyer avec un chiffon propre.
        Enlever les incrustations sur la culasse, les ouvertures du cylindre et le piston, en démontant à cette fin le pot d'échappement, le capot de refroidissement et la culasse (voir fig. 16). Amener le piston au point mort haut pour le décalaminer ; nettoyer le cylindre et amener ensuite le piston au point mort bas pour le décalaminage des lumières. Veiller à ce que des ré³Â©dus de carbone ne pénètrent pas dans le moteur. Demander à l'Agent VESPA de faire lui-même cette vérification. Ne pas manquer de monter un nouveau joint entre le cylindre et la culasse.
        Graisser le feutre glissant sur la. came du volant magnétique (s' adresser pour cela à une une agence VESPA).
        Nettoyer les vis platiné³ du rupteur du volant magnétique à l'aide de toile émeri trés fine ou de petites limes, régler l'écartement des vis du rupteur à p,4 mm. (s'adresser à cette fin à une une agence Vespa)
        Nettoyer l'orifice du silencieux au moyen d'un fil de fer recourbé ou d'un jet d'air comprimé soufflé par la tubulure cylindre aprés avoir préalablement réchauffé le pot d'échappement. En tout cas, diriger l'extrémité d 'u tube d'échappement vers le bas.

    Quand les amortisseurs cessent de fonctionner. il est nécessaire de s'adresser une agence Vespa pour leur remplacement.

    Long remisage. - Dans le cas d'une immobilisation prolongé du scooter Vespa, il est recommandé d'effectuer un nettoyage général de la machine. Il faut alors introduire un peu d'huile dans le moteur et lui faire effectuer quelques tours à la main, afin de distribuer un voile de protection contre l'oxydation. On soulève enfin les roues en appuyant les bords du marchepied sur deux cales de bois de telle facon que les pneus ne touchent pas terre.

    Principaux temps moyens préconniser pour effectuer

    • Décalaminage 1 h. 30'
    • Remplacement axe piston et segments 2 h. 50'
    • Révision du groupe moteur 5 h. 30'
    • Révision du groupe démarreur 2 h20.
    • Remplacement du vilebrequin 3h.30'
    • Remplacement rupteur volant magnétique 40'
    • Remplacement condensateur 1 h.
    • Remplacement bobine H. T. ou B. T. 1 h.
    • Remplacement volant magnétique avec réglage 45'
    • Remplacement conducteur électrique complet Nettoyage carburateur et réglage 45'
    • Graissage général 30'.
    • Un Barème complet des temps de révision est en possession des concessionaires.

    prescriptions importantes à observer pendant la période de rodage

    au cours des premiers 1.500kms

        Employez un mélange essence-huile composé de 10 à ± 10 cc. d'huile esso motor oil sae 30 pour chaque litre d'essence
        Ne pas dépasser : 15 kilometres-heures en 1ème vitesse 30 kilometres-heures en 2ème vitesse 50 kilometres-heures en 3ème vitesse
        Dans le cas ou vous êtes obligé de réduire en 3ème vitesse, n'hésitez pas à rétrograder en 2ème vitesse, à partir de 40 killomètres-heure. le refroidissement du moteur en sera amélioré.

    20/11/1999

  • Mon Bernardet cabri 50cm3 1954

     Bernardet cabri 50cm3 1954  

      Je recherche un cabri 98 cm3 etat concours, je paye un tres bon prix. <me contacter ici>

    Le Cabri, est un modèle de scooter individuel sorti en juillet 1954.qui ne pèse que 34 kg et possède des petites roues de 3 x 8".
    Un gros tube de 45 mm de diamètre sert d'ossature ; y sont fixés le tablier en tôle et la plate-forme repose-pieds en aluminium.

    L'ensemble moteur-boîte de vitesse- roue arrière est articulé sous ce tube. Un bloc de caoutchouc est la seul suspension arrière. La suspension avant à roue tirée utilise des anneaux Neimann (directement tiré du E51). Le réservoir de cinq litres est assez fragile et supporte la selle. Au bas du réservoir, une jupe court le long du carter de chaîne et masque, en partie, la roue arrière. Le bloc- moteur horizontal possède deux vitesses commandées au guidon gauche, au guidon droit un astucieux système : en avant le moteur est decompressé, en arriere on accellère. Les pédales sont la pour répondre à la législation des moins de 50 cm³, et leur rôle se limite à celui de kick-starter.
    Dimensions :1,30m de long, 1,03 m de haut, largeur du guidon : 0,66 m.
    A peu près 300 exemplaires de ce modèle ont été construit. Les 50 cm3 sont très rares car ils font partie des 1er cabri construit par Bernardet....

     
    mCabri1.jpg
    mCabri1.jpg

    Vue de coté, tel que je l'ai acheté sur ebay
    pour 800FF

    mCabri2.jpg
    mCabri2.jpg


    Seul le guidon etait cassé. La peinture d'origine est encore en bon état.

    cabri5.jpg
    cabri5.jpg
    cabri1.jpg
    cabri1.jpg
    cabri2.jpg
    cabri2.jpg
    cabri4.jpg
    cabri4.jpg
    cabri3.jpg
    cabri3.jpg
    cabri6.jpg
    cabri6.jpg

    Vraisemblablement un Bernardet cabri 98ccm.
    J'en recherche un et je suis acheteur, me contacter
     Dépenses :

    - 3.20€ un tube de selle de diametre 25 de 25 cm de long chromé,
    - 30€ de bombes de couleur rouge,
    - 13€ de vis inox de 6mm
    - 2€ de bagette Brox pour souder le guidon,
    - 26€ un guidon de solex 3800 ref s90192 acheté chez le galet.free.fr
    -

    Astuces :

    Pour avoir une roue de secours supplementaire, vous pouvez a partir d'une roue en faire deux....si vous prenez une demi roue de Lambretta pour chaque demi roue de Cabri.

    Avis :

    C'est un scooter attachant et mignon car tres petit, maniable mais la motorisation est un peu legere en 50 cm3. Dommage qu'il ne se soit pas plus diffuses a l'epoque : surement a cause du succes du velosolex, largement moins cher.

     Liens :

    site Bernardet freres sur le cabri

  • Mounting a second wheel

    Â Mounting a second wheel
  • My bernardet E51

    Â

    E51125cm3 1954

     

    Restauration

    1994, depuis en constante améliorations...

    Dépenses


    photo 1997

    Améliorations

    J'adore les vieilles mécaniques, mais il ne faut pas exagérer et perdre en fiabilité non plus. J'ai donc remplacer: (j'entends déja des gens hurler)

    • Le carburateur par un Polini tout neuf de 2002 de 25mm!, de ce fait j'ai fait faire une pipe d'admission en cuivre/ laiton chromée.
    • Le pot m'énerve aussi un peu (surtout mes voisins :-)): trop de bruit malgré une restauration complète (dégraissage, sablage), il ne va pas tarder a ce faire remplacer par un pot moderne, honteux mais cela reste sous la carosserie. Pour l'instant j'ai rajouter a l'interieur un peu de laine céramique (magasin moto) et rajoutö un silencieux du plus bel effet.
    • Beaucoup de tôles du plancher vibrent: je vais donc le démonter et glisser entre les toles des joints ou morceaux de chambre à air en caoutchoucs.


    photo 1997

    Historique
    http://www.bernardet.com/e51.html

    Au Salon de Paris de 1947, sort le premier modèle puis en 1948 sort la pré-série A.48. Ce scooter de style massif possède un moteur YDRAL de 128 cm3, un bloc moteur deux-temps à 4 vitesses (à l'époque les moins de 125 cm3 n'étaient pas en vente libre !).

    Le A.49 est l'évolution en droite ligne de son aîné mais en plus esthétique et de meilleure conception mécanique. Le B.250 (250 cm3) est présenté au Salon de 1949 : il est tout aussi massif que son prédécesseur mais en 1950, il a perdu quelques kilos et 15 cm. Il disparaît en 1951, car il est d'un coût de construction trop élevé. Le 250BM (250 cm3) et le C.50 (125 cm3) sont présentés en 1950.


    photo 1997

    Astuces

    • De temsp en temps, 1 fois tous les deux ans, je rajoute le contenu d'un demi flacon de VIMS (remétallisant moteur) dans l'essence, cela a déja fait des miracles sur ma voitures et n'a jamais géné mes scooters.
    • Si il vous manque une roue de secours et donc la jante, pas de problème : acheter ou récuperer une jante de lambretta et augmenter le diamètre de percage des boulons de fixations.
    • Attention au problèmes de surchauffe du moteur! Mon scooter possède une amélioration originale de l'ancien propriétaire: un système de ventilation personnelle qui soufle l'air (au lieu de l'aspirer) sur le cylindre. Cette personne a soudé électriquement une à une les pales sur un disque métallique.
    • Tout était a l'époque en option sur ce scooter: 2ème sièges passager, marche pied en aluminium, porte bagage, casquette de phare, pare-choc avant et roues de secours....j'ai de la chance, j'avais tout cela sur l'epave initiale.
    • Les pneus flancs blancs rehaussent encore plus l'aspect raffiné du scooter: un bon investissement !
    • Je monte le plus possible de la visserie inox, cela ne rouillera plus jamais et cela ne coute pas beuacoup plus cher (de toute facon il y a plusieurs qualité d'inox). Penser a zinger la carosserie si vous avez prit le soin de mettre à nue la carosserie (env 70€ pour tout le scooter).
    Â

  • Old Pictures (gallery of)

    feel free to submit you any pictures you may have...

    Scooter Manurhin SM75