enfrancais

  • Le volant magnétique est un élément capital dans un moteur du fait qu'il fournit l'allumage et l'éclairage. Il est très important pour un usager de connaitre sa constitution et l'entretien qui doit lui être apporté. En effet dans bien des cas de défaut d'allumage, si la bougie n'est pas à incriminer, cela ne veut pas dire que le volant est défectueux. Il suffit seulement d'un encrassement des contacts pour supprimer l'étincelle, ou l'affaiblir au point de ne plus pouvoir enflammer les gaz dan: le cylindre.

    Dans cet article nous présentons deux types de volant magnétique très répandus, celui du Vespa 54 dont la description complétera l'étude de ce scooter publiée dans ce numéro e le volant ABG monté sur le Lambretta 54.

    Nous rappelons que la description du volant Filso qui équipe les précédents modèles Lambretta a fait l'objet d'un paragraphe spécial de l'étude publiée dans le « Spécial Scooter », n, 65 de juin 1953.

    VESPA 54

    Le volant Vespa 54 est du type à 6 pâles et comprend un bobinage HT alimentant la bougie et deux bobinages BT branchés en parallèle, destinés à fournir l'éclairage. Les masses polaires et les aimants sont noyés dans le rotor qui est monté par câne et clavette demie lune sur le vilebrequin. Ce dispositif est très intéressant car en cas de dépose du rotor il n'est pas nécessaire de procéder à nouveau au réglage de l'avance, le rotor n'ayant qu'une seule position possible sur le vilebrequin.

    Le réglage de l'avance est fait par rotation du stator, ses trois vis de fixation passant dans des boutonnières. En regardant la photo on voit très bien les trois bobines, les boutonnières, le condensateur placé entre les deux bobines BT et aussi le rupteur.

    C'est de lui que nous allons nous occuper, car c'est la plupart du temps de son mauvais fonctionnement que proviendra un allumage défectueux.

    Prenons lecas type: pas d'allumage. L'ancienne bougie remplacée par une neuve, le résultat est le même. Après nous être assuré que le levier du commutateur électrique n'est pas resté coincé sur la position arrêt, nous allons regarderai les contacts s'ouvrent correctement.

    Pour cela après avoir enlevé le capot de turbine et, cette dernière fixée par quatre vis sur le rotor, enlevons la bougie et en tournant le rotor avec la main regardons si au point mort haut les contacts du rupteur sont écartés. Il faut toujours prendre cette précaution avant d'enlever le rotor, car il se peut qu'après un long service, le toucheau , c'est-à -dire la petite pièce isolante placée en bout de la partie mobile du rupteur, qui frotte sur la carne, soit usée suffisamment pour ne plus occasionner l'ouverture des contacts.

    Dans ce cas nous allons procéder au réglage d'écartement. Desserrons la vis à tête large marquée A sur la photo, tournons le rotor dans le sens de fonctionnement du moteur, c'est-à dire dans celui des aiguilles d'une montre pour amener le vilebrequin après le point mort haut et pouvoir accéder au rupteur par une des fenêtres de visite. Agir avec un tournevis fin sur la tête fendue de l'excentrique B et la faire tourner jusqu'à produire le décollement des contacts. Régler à 4/10 en interposant une jauge d'épaisseur et rebloquer la vis A. Si malgré cette opération les résultats sont négatifs il est possible et même presque certain que les contacts sont encrassés par un peu de gras et de poussière. On peut s'en assurer en glissant entre les plots un morceau de carte de visite. Laisser retomber le marteau et retirer le carton. Il suffit de le regarder pour se rendre compte s'il y a des traces d'huile. Essuyer les contacts du mieux possible si on se trouve sur la route. La meilleure des choses est de les laver avec de l'essence pure au moyen d'un Petit pinceau ainsi que tout le support de rupteur. S'assurer aussi qu'une petite particule métallique n'est pas venue par accident se loger entre la vis de fixation du ressort de rupteur et la masse polaire de la bobine haute tension.

    Les contacts doivent être séchés par interposition d'un morceau de carte, très lisse, pour ne pas laisser de particule de papier entre les plots. Par précaution brosser les surfaces de contact avec le petit pinceau bien sec après évaporation de l'essence.

    Dans le cas de dépose du stator il faut toujours repérer sa position de faà§on à retrouver le point normal d'allumage. Cette dépose est intéressante pour exécuter un nettoyage sérieux du stator car cela permet de travailler à l'aise. Par la même occasion vérifier que la petite vis qui fixe le support du feutre de carne et le condensateur est bien serrée, car un contact défectueux à cet endroit peut occasionner un mauvais allumage, un mauvais contact n'étant ni plus ni moins qu'une résistance. Dans quatre-vingt dix-neuf cas sur cent les opérations que nous venons de décrire assurent la remise en état et le fonctionnement parfait du système d'allumage car les bobines HT sont robustes ainsi que les condensateurs.

    Au cas ou les contacts seraient usés, pour les remplacer procéder de la faà§on suivante.

    Retirer le petit ressort maintenant la pièce mobile sur son axe ainsi que les petites rondelles d'épaisseur en laiton. Desserrer la vis de fixation du ressort et dégager ce dernier. Enlever la pièce mobile. Dévisser la vis de fixation A, sortit la partie fixe et enlever l'écrou de la vis de fixation du ressort pour débrancher le fil du primaire de bobine HT et le fil du contact d'arrêt.

    Au remontage ne pas oublier que les deux rondelles isolantes placées sur la vis de fixation du ressort doivent appliquer sur le support pour en isoler le ressort et les cosses de fils. Procéder comme indiqué plus haut pour le réglage d'écartement des contacts et l'avance se trouve d'office réglée à nouveau. Au cas o๠l'emplacement du stator n'aurait pas été repéré, caler l'avance à 280 ce qui représente 35 mm. sur la périphérie du rotor.

    boblvespajpg.jpg (8858 octets)

     

     

    LAMBRETTA 54

    Le Larnbretta 54 est maintenant équipé d'un volant ABG qui remplace les modèles Filoo et Marelli montés sur leur machines d'importation.

    Il s'agit d'un volant à quatre pâles comportant une bobine HT pour l'allumage et une bobine BT pour l'éclairage. Il est composé d'un rotor à éléments noyés, c'est-à -dire aimants et pièces polaires et les ailettes de la turbine sont comprises de fonderie sur le rotor.

    Le stator est composé d'un socle comportant les bobines HT et BT ainsi que le condensateur et le rupteur. Ce dernier est du type automobile avec réglage d'écartement maximum par un excentrique. Sur la photo nous voyons la vis A qui immobilise le socle supportant le contact fixe et la tête fend de l'excentrique B destiné au réglage. Une amélioration importante par rapport aux volants italiens est la fixation du condensateur monté par une patte robuste sur un des goujon de fixation de la bobine HT. Le contact très franc assuré de cette faà§on supprime les risques de résistance additionnelle dans le circuit du condensateur.

    Le rotor étant orienté par une clavette demi-lune sur le vilebreqin, l'ajustage de l'avance se fait en orientant le stator le carter moteur. Seo trois vis de fixation passent dans des boutonnières qui permettent une rotation utile de 9 mm.

    Pour l'entretien de a contacts nous retrouvons les mêmes opérations et les mêmes procédés que pour le volant Vespa.L'avance de 28o se traduit par 36 mm. sur la périphérie du rotor. Contrairement au volant du Vespa celui-ci tourne en sens inverse des aiguilles d'une montre.

    Pour le démontage du rupteur nous pensons que le procédé le plus pratique consiste à desserrer l'écrou d'attache du ressort, puis après avoir enlevé le petit ressort d'arrêt placé sur l'axe de la àˆ* 1 :e mobile, à enlever celle-ci pour détendre le ressort.Pour le remontage exécuter la manoeuvre inverse. Allumage : étincelle sans raté 6 mm. à partir de 150 tr/m. l'éclairage étant en fonctionnement.

     

    Capacité du condensateur: 0,38 à 0,32 microfarad. à‰clairage : lampe à employer, 6 volt 28 w pour le phare, 6 volt navette pour le feu AR. La tension de 6 volt est atteinte vers 3.000 tr/rn. à‰cartement des contacts de rupteur - 0,3 à 0,4!10. Distance d'arrachement 3 à 6 mm . le point optimum étant vers 4 à 8 mm.

    Pour conclure nous vous rappelons une fois de plus qu'un bon allumage évite la plupart des ennuis de démarrage et vous assure une consommation normale. D'abord soignez votre bougie et assurez-vous périodiquement que les électrodes sont bien réglée à 4/10 de mm, Ensuite, en vous inspirant des conseils que nous venons de vous donner.; assurez régulièrement le nettoyage de votre volant ce qui vous permettra des démarrages impeccables au premier coup de kick.

    boblamb.jpg (9320 octets)

    P. PALMIERI.

     

  •  Ce concept vous permet de trouver tous les sites parlant d&39;un même domaine, de retrouver tous les pages de passionnés qui se sont référencés dans une communauté webring. On compte quelques milliers d&39;anneaux virtuels (en augmentation) qui traite de tous les domaines. Vous avez (lorsque vous en trouvez un) la possibilité de vous balader aléatoirement ou en sautant de site en site. La qualité reste disparate et n&39;est pas toujours au rendez-vous mais vous n&39;aurez aucun risque de manquer un site potentiellement intéressant. La recherche reste néanmoins fastidieuse.

    une seule adresse pour créer des anneaux ou y accéder via un moteur de recherche : www.webring.org

  • http://www.kfx400.be/
    • Graisse au silicone pour graisser les caoutchouc amortisseur de têtes rotor, pas autre chose les autres huiles ou graisse a base de pétrole détruisent le caoutchouc.
    • Graisse au téflon pour les roulements, on ne graisse que les roulements en boitier, les courrones externes jamais car la poussière s'accrocherait et ferait abrasif.
    • La roue libre doit être bien nettoyée à intervalle régulier (tout les 50 vols sur le caliber 30, moins sur d'autre machine) sinon elle risque de se bloquer
  • Use a translation tool like babelfish if needed...

    Manuel du scooter Manurhin SM75

    Translate this page

    N'ayant pas trouvé de copyright dans le manuel, ni aucun droit de reproduction, je me suis permit de le reproduire ici, pour le bien de la communauté. En vous souhaitant bonne restauration

    REMARQUES TRÈS IMPORTANTES    
    IL NE FAUT-EN AUCUN CAS FAIRE TOURNER LE MOTEUR A L'ESSENCE PURE.
    IL EST INDISPENSABLE D'AJOUTER A VOTRE ESSSENCE 5 °/, D'HUILE BP ENERGOL 2 TEMPS TYPE HV PENDANT LA PERIODE DE RODAGE. RAMENER ENSUITE LE POURCENTAGE A 4 %.
    N'OUBLIEZ PAS QU'IL EST INDISPENSABLE DE FAIRE OPERER PAR UN CONCESSIONNNAIRE MANURHIN UNE REVISION DE LA MACHINE APRES LES PREMIERS 35 KILOMETRES, ET UNE AUTRE APRES 1.500 KM.
    POUR VOTRE SECURITE N'UTILISEZ QUE DES PIECES D'ORIGINE, QUI SONT TOUTES RIGOUREUSEMENT CONTROLEES.

    Désignation

    Caractéristiques techniques
    Commandes du MANURHIN
    Conseils de rodage
    Première sortie - Utilisation
    Entretien du MANURHIN
    Description technique
    Démontages, remontages, réglages
    Pannes et leurs remèdes

    AVANT-PROPOS

    Vous venez de faire l'acquisition d'un Scooter MANURHIN. Que vous soyez un néophyte ou un praticien, en tant qu'utilisateur de moto, cyclo ou autre engin motorisé, il est de votre intérêt de lire attentivement celte Notice.
    Vous apprendrez connaître ainsi complètement votre machine, et vous arriverez. la conduire parfaitement dès votre première sortie.
    Ce Scooter est construit sous licence DKW dont la réputation n'est plus faire. Cette grande Marque est universellement connue comme constructeur indiscuté de moteurs 2 temps.
    Le variateur de vitesse continu est construit sous licence UHER.

    CARACTÉRISTIQUES COMPLÈTES DU SCOOTER "MANURHIN"
    construit Mulhouse sous licence D.K.W. - AUTO-UNION
    1, CONSTITUTION GENERALE DU VEHICULE
    CONSTITUTION DU CHASSIS : tube acier 45X40, cintrés froid et soudés électriquement. EMPLACEMENT ET DISPOSITION : Moteur situé sur le châssis -

    2° DIMENSIONS ET POIDS
    EMPATTEMENT : 1,350 m.
    DIMENSIONS HORS TOUT DU VEHICULE CARROSSE Longueur : 1,960 m. - Largeur : 0,670 m. PORTE- -FAUX ARRIERE : 0,320 m.
    PORTE- -FAUX AVANT : 0,275 m.
    HAUTEUR LIBRE AU-DESSUS DU SOL : 0,180 m. POIDS DU CHASSIS ET FOURCHE NUS : 16 kg. POIDS DU VEHICULE EN ETAT DE MARCHE : 80 kg.

    3° MOTEUR
    TYPE : explosion, deux temps.
    NOMBRE ET DISPOSITION DES CYLINDRES : I cylindre incliné 55 degrés.
    EMPLACEMENT ET COMMANDES DE DISTRIBUTION : par lumières dans le cylindre.
    ALESAGE : 45 mm. COURSE : 47 mm. CYLINDREE: 74 cm'.
    TAUX DE COMPRESSION : 5,9 : I 6,1 : I. PUISSANCE ADMINISTRATIVE : I CV.
    CARBURANT NORMALEMENT UTILISE : Mélange essence/huile.
    RESERVOIR DE CARBURANT
    CAPACITE : 6 5 litres.
    EMPLACEMENT: sous la selle.
    REGIME DE ROTATION
    DU MOTEUR : 5.000 tours/minute.
    COUPLE MAXIMUM : 0,47 mkg. 4.250 tours.
    PUISSANCE MAXIMUM : 3 ch.
    ECHAPPEMENT : par expansion terminé par un volume
    a) VOLUME DU POT des gaz dans un pot d'éjection dirigé vers l'arrière
    1.350 : cm3' cloisonné,
    b) EMPLACEMENT : sous le carter du moteur.
    ALIMENTATION : Carburateur Bing 4/14/1. (bougie val. ALLUMAGE : par volant magnétique. Avance fixe thermique 225).
    EQUIPEMENT ELECTRIQUE : 12 volts - 30 watts.
    GRAISSAGE MOTEUR : par incorporation d'huile dans
    REFROIDISSEMENT : par air forcé. l'essence.


    4° TRANSMISSION DU MOUVEMENT
    EMBRAYAGE : par écartement des flasques de la poulie primaire.
    CHANGEMENT DE VITESSE : par variateur automatique courroie par poulies flasques déplaçables.
    TRANSMISSION MOTEUR : Transmission primaire par courroie.
    Transmission secondaire par pignon et couronne rapport fixe et par chaîne sous carter.
    Combinaison
    Rapport moteur
    Rapport réducteur de vitesses variateur
    et variateur infinies

    Rapport du variateur Démultiplication roue motrice totale
    1 :3,6 couple I :8,33

    POSITION ET NATURE DES COMMANDÉS
    a) FREIN AV : Par levier sur guidon, transmission par câble et réglage par vis creuse et contre-écrou ;
    b) FREIN AR : Par pédale dépassant du plancher, transmission I : 3,5 chaîne 1 :24.4
    Avec des pneumatiques de 2,75/16 (dont la circonférence de roulement sous charge est de 1,725 mètre), la vitesse peut varier
    par câble et réglage par vis creuse et contre-écrou.

    8° CARROSSERIE
    Type : Scooter.
    en palier de : 5 60 km/heure.
    Cette vitesse de 60 km/heure est obtenue avec 5.000 t/mn au moteur.

    Jante 429/460 - Pneus 275/16.

    MATERIAUX ET MODE DE CONSTRUCTION : Tôle d'acier emboutie.
    DIMENSIONS EXTERIEURES : Longueur maximum 1.960 mm.
    Largeur maximum 0,610 mm.

    INDICATEUR DÉ VITESSE : Prise de flexible l'axe de la roue avant, cadran de lecture fixé sur guidon.
    CHASSIS : Cadre en tube d'acier soudé - A l'avant fourche télescopique - A l'arrière bras oscillants élément élastique en caoutchouc - Siège-coussin en caoutchouc mousse - Guidon réglable.

    5° SUSPENSION
    ROUÉ AVANT : Fourche télescopique.
    ROUÉ ARRIÉRÉ : Oscillante avec élément élastique en caoutchouc.

    9° ÉCLAIRAGE ET SIGNALISATION
    a) A L'AVANT : Projecteur type agréé ABTP 494, dont l'axe est situé 0,770 m. du sol, le véhicule étant vide et 0,750 m.
    le véhicule étant pleine charge et comportant
    - I veilleuse 12 volts 2,7 watts
    - I éclairage de route 12 volts 25 watts
    - 1 éclairage de croisement 12 volts 25 watts
    (Lampe type agréée sous le N° TP 318).

    b) A L'ARRIÉRÉ
    - I feu rouge situé 0,490 m. du sol, 12 volts, 2,7 watts.
    - I dispositif réfléchissant, même emplacement, type agréé
    sous le N° AGR-TPV 109.

    6° DIRECTION
    TYPÉ 1 par guidon et fourche.
    TRANSMISSION : Directe.
    DÉMULTIPLICATION : I/I.
    DIAMÈTRE DÉ BRAQUAGE HORS TOUT : 3 m


    7° FREINAGE
    TYPE ET NATURE DES FREINS : A tambours sur moyeu AV et AR, garniture rivée sur mâchoires.
    DIAMÈTRE DÉS TAMBOURS : 105 mm AR - 125 mm AV. LARGEUR DÉ CONTACT : 20 mm.
    SURFACE ACTIVÉ DÉ CONTACT : AV 5.200 mm', AR 4.400 mm'.
    EFFORT SUR LÉS SURFACÉS DÉ FROTTEMENT : En fonction d'un effort sur la pièce de commande
    FREIN AV : Effort la commande : 15 kg.
    Effort sur les surfaces de frottement : 10,3 kg/cm'. FREIN AR: Effort la commande : 40 kg.
    Effort sur les surfaces de frottement : 25,5 kg/cm'.
    .
    RAPPORT DÉS LEVIERS 4 69
    a) FREIN AV : main - X - I 7,5 3 69
    b) FREIN AR: pied - X - I 7,5

    10° DIVERS

    AVERTISSEUR DÉ VILLE : Vibreur 12 volts.
    INSCRIPTION DU TYPÉ ET DU N° D'ORDRE DANS LA SÉRIÉ Sur la partie supérieure du tube de châssis au-dessus du garde boue AV (côté droit).
    INSCRIPTION N° DU MOTEUR. - Sur le carter AV, sous le carburateur, visible par la trappe d'accessibilité au moteur.
    EMPLACEMENT DÉ LA PLAQUÉ CONSTRUCTEUR : Sous la selle. EMPLACEMENT DÉ LA PLAQUÉ D'IMMATRICULATION : A l'extrémité arrière de la carrosserie et 0,330 m. du sol. RÉTROVISEUR : Sur guidon.

    1,51 : 1

    Système UHER
    I : 1 1:1,93



     

    COMMANDES DIVERSES

    1°) LÉ ROBINET D'ESSENCE. - On l'atteint en ouvrant la petite porte ajourée qui se trouve l'avant du carénage ; pour ouvrir cette porte, appuyer sur le bouton de fermeture et tourner la languette vers le bas le robinet est alors portée de la main.

    2°) LÉ STARTER. - Il est constitué par un volet qui réduit l'eCrée d'air dans le carburateur ; on l'utilise lorsque le moteur est froid, afin de faciliter le départ en produisant un mélange riche ; pour cela, lever le petit levier dont l'extrémité sort de la grille de la porte mentionnée plus haut : le retour du volet sa position normale se produit automatiquement dès qu'on agit sur la poignée de commande des gaz. NE JAMAIS UTILISER LE STARTER LORSQUE LE MOTEUR EST CHAUD !

    3°) LE LEVIER DE DÉBRAYAGE. - Il se trouve l'extrémité gauche du guidon, en dessous de la poignée. Ce levier serf supprimer la liaison entre le moteur et la roue arrière, ce qui permet au moteur de tourner sans que la machine avance.
    Contrairement aux débrayages classiques, le débrayage du MANURHIN ne sert que pour démarrer ou s'arrêter : en effet, dès qu'on a démarré, il n'y a plus besoin de débrayer pour passer les vitesses, puisque le Variateur continu automatique évite cette manoeuvre ! Il n'y a pas d'autre moyen que ce levier pour supprimer la liaison entre le moteur et la roue arrière. Aussi pour lancer le moteur, il est nécessaire de le mettre en position de débrayage il est maintenu dans cette position par un cliquet situé sur le levier de débrayage.
    1l est déconseillé de débrayer lorsque le moteur tourne plein régime. Fermez les gaz et ne débrayez qu'au dernier moment.

    4°) COMMUTATEUR. - Il se trouve sur le guidon en avant de la poignée de débrayage. Pour arrêter le moteur, il suffit de tourner la molette vers la droite, jusqu' ce que le moteur ne tourne plus. Le même bouton commande également l'éclairage « veilleuse », « phare » et « croisement ». Pour l'avertisseur, appuyer sur le bouton.
    5°) LA POIGNÉE DE MISE EN MARCHÉ DI MOTEUR. - Elle se trouve sur le côté gauche du véhicule, sert lancer le moteur. Pour cela, étant assis sur le scooter, apr avoir serré le levier de débrayage jusqu' ce que celui-ci se bloqi avec son cliquet, il suffit de tirer rapidement la poignée vers le hai jusqu' la hauteur de la selle environ. Ce mouvement entraîne moteur par l'intermédiaire d'un câble enroulé sur un tambour.
    Eviter de mettre en route debout. Dans ce cas, si on ne pe faire autrement, éviter de tirer sur le câble A FOND ! Cette manse vre répétée peut la longue provoquer la rupture prématurée i câble de démarrage.
    6°) LA BÉQUILLE. - Elle sert maintenir le scooter l'arrêt. On l'abaisse très facilement avec le pied, et lorsqu'elle < en position basse, le scooter tient parfaitement debout.
    Avant de repartir, il suffit de repousser la béquille en arriè avec le pied - mouvement facilité par un ressort de rappel qui rabat dans sa position de route.
    7°) FREIN AU PIED. - Le freinage de la roue arrU est commandé par une pédale qui se trouve sur le côté droit plancher.
    8°) COMMANDÉ DÉS GAZ. - La commande des, 5 s'effectue par l'intermédiaire d'une poignée tournante qui se trou l'extrémité droite du guidon. En tournant la poignée vers l'arriè on ouvre l'arrivée des gaz dans le moteur auquel on donne ai plus de puissance ; en la tournant vers l'avant, on referme le p sage des gaz, ce qui ralentit le moteur.
    Grâce au Variateur continu, la simple rotation de la poignée p, met de régler la vitesse du MANURHIN. Sans autre manoeuvre, passera progressivement de la vitesse d'un homme au pas vitesse maximum possible, suivant l'effort vaincre.
    Lorsque le moteur tourne au 'ralenti la machine étant débrayé il faut éviter d'accélérer, car la butée de débrayage pourrait so frir d'une usure prématurée.
    9°) FREIN A MAIN. - Le freinage de la roue avant commandé par une poignée qui se trouve l'extrémité droite guidon, sous la poignée des gaz.

    CONSEILS DE RODAGE
    La précision de la fabrication MANURHIN et la finition parfaite de toutes les pièces en mouvement ont permis de supprimer pratiquement le rodage.
    Toutefois, il est recommandé de ne pas le pousser plein dès les premiers kilomètres. Nous recommandons de ne pas dépasser 40 l'heure pendant les 100 premiers kilomètres, et 50 l'heure pendant les 300 kilomètres suivants.
    Il est bon, au cours de ces périodes, d'ouvrir les gaz fond de temps en temps pendant un temps très court.
    Nous vous rappelons qu'une révision doit être faite par un Agent MANURHIN après leir".600 premiers kilomètres et une autre après 1.500 km. La première de ces deux révisions est gratuite.
    Nous vous conseillons, même après un rodage bien mené, de conduire votre machine dans les conditions les plus économiques et, en conséquence, sauf cas exceptionnel, « marchez au 3/4 de gaz ».
    Après vous être familiarisé avec les diverses commandes du MANURHIN, vous êtes prêt prendre la route.
    Avant de procéder le mise en marche du moteur, il faut d'abord remplir le réservoir, vérifier ensuite la pression des pneus, contrôler enfin les freins et l'éclairage.
    Pour remplir le réservoir d'essence dont l'accès est très facile basculer la selle vers l'avant, ce qui découvre le bouchon du réservoir. Il suffit ce moment-l de procéder au remplissage, soit avec un mélange que vous préparerez vous-même en ajoutant 4 5 °/, d'huile BP ENERGOL 2 temps type HV au carburant, ou, mieux, en vous ravitaillant directement une pompe qui délivre un mélange tout préparé. (La capacité du réservoir est d'environ 6 litres).
    Bien entendu, pendant le remplissage, le moteur doit être arrêté, et on ne doit pas fumer proximité. Il est par ailleurs recommandé, en cas de pluie, de protéger l'ouverture du réservoir, pour éviter que de l'eau ne tombe l'intérieur.
    La pression des pneus a une importance toute particulière une bonne tenue de route, l'usure des pneus et la consommation d'essence, en dépendent. Nous conseillons de la vérifier souvent, les pneus étant froids.

    - Roue AV
    Solo 1,3
    Duo 1,3

    - Roue AR
    Solo 1,6
    Duo 2,25

    Ne pas s'inquiéter si après avoir longtemps roulé la pression des pneus est un peu supérieure celle indiquée ci-dessus.
    La pression redeviendra normale lorsque les pneus se seront refroidis. Cette légère surpression est due l'échauffement naturel provoqué par le roulage.

    PREMIÈRE SORTIE UTILISATION

    a) MISE EN MARCHE DU MOTEUR. - Étant assis sur la machine
    - S'assurer que le commutateur d'éclairage est en position zéro.
    - Serrer le levier de débrayage jusqu' enclanchement du cliquet.
    - Ouvrir le robinet d'essence.
    - Lever la commande du starter (moteur froid seulement).
    - Tourner la poignée des raz vers I arrière d'environ 1/4 de sa course.
    - Saisir la poignée du démarreur et la tirer vivement vers le haut.
    Le moteur, s'il est bien réglé, doit partir après une ou deux tractions.
    Aussitôt le moteur lancé, le ramener au ralenti en tournant la poignée des gaz vers l'avant.

    b) DEMMARRAGE
    - ATTENTION. Ne pas oublier de relever la béquille complètement.
    - Serrer le levier de débrayage pour libérer le cliquet et relâcher doucement le levier en donnant légèrement les gaz.
    Le scooter se mettra en mouvement et, partir de ce moment, il n'y a plus, pour le conduire, qu' utiliser la poignée des gaz.
    Le Variateur continu entre en effet en action et se charge d'adapter exactement la puissance du moteur l'effort nécessaire.
    Il peut arriver que le moteur cale au moment du démarrage ; la raison en sera soit un embrayage trop brutal, soit que l'on n'a pas donné assez de gaz.
    Par temps très froid, pour faciliter le départ du moteur, il est recommandé de tirer 4 ou 5 fois sur la poignée de démarrage, tout en tournant le molette d'arrêt du moteur, ce qui a pour effet de remplir le cylindre de gaz frais. Le moteur doit alors démarrer dès la première traction, molette d'arrêt libérée, bien entendu.
    Il sera bon de laisser tourner le moteur vide pendant environ une minute, pour le faire chauffer, condition d'avoir remis le starter en position de départ, après quoi, il n'y aura aucune difficulté pour démarrer.

    c) FREINAGE. - Il y a lieu de remarquer d'abord que le Variateur continu, par sa conception même, fait agir le moteur comme frein dès que l'on coupe les gaz au moyen de la poignée.
    Si on veut ralentir plus rapidement, on utilisera de préférence le frein main, agissant sur la roue AV.

     


    Utilisation du lanceur-démarreur.


    Dans les cas urgents, on actionnera simultanément les deux freins. main et au pied. Au cours d'une descente longue et rapide, on alternera les deux freins, de façon les laisser refroidir chacun leur tour.
    Si la route est glissante (pluie ou verglas), il est conseillé de rouler très prudemment pour éviter d'avoir freiner brutalement. Il en est de même sur les chemins sablonneux ou couverts de gravillons.
    De toute façon, il ne faut jamais donner des coups de freins brusques, sauf en cas d'obstacle imprévu.

    d) ARRÊT. - Pour s'arrêter, il faut d'abord ralentir, en coupant les gaz et, au besoin, en freinant jusqu' ce que la machine roule très doucement ; ce moment, serrer le débrayage jusqu' enclanchement du cliquet. Le moteur continuera alors tourner au ralenti sans que le scooter avance.
    Il ne faut pas débrayer tant que le scooter roule rapidement, cette manoeuvre est d'ailleurs difficile, du fait même de la conception du Variateur continu, et est nuisible pour les organes de butée (butée billes, circlips).
    Pour arrêter le moteur, il suffit de tourner la molette d'arrêt du moteur.

    Pour obtenir du MANURHIN le maximum de satisfaction, il est nécessaire de l'entretenir avec soin.
    Les révisions périodiques doivent être faites régulièrement. Les Agents MANURHIN particulièrement compétents et bien outillés, sont la disposition des usagers non seulement pour les réparations éventuelles, mais aussi pour assurer l'entretien de leurs scooters.
    Nous insistons tout particulièrement sur la nécessité de faire effectuer par les Agents MANURHIN, les deux premières révisions, dont la première est gratuite. Au cas où cette prescription ne serait pas suivie, il ne serait plus possible de faire jouer la clause de garantie.
    Pour les Scootéristes qui désireraient assurer eux-mêmes l'entretien de leur machine, après ces deux révisions que nous considérons comme indispensables, nous indiquons ci-après les quelques travaux qui peuvent être faits facilement sans l'intervention d'une Station-Service

     

    I. - ALIMENTATION.

    1) Filtre d'arrivée d'essence au carburateur
    Destiné arrêter les impuretés ou les gouttelettes d'eau qui pourraient exister dans le carburant, ce filtre se trouve dans le raccord qui fixe e tuyau d'arrivée du carburant au carburateur. Il est bon de le nettoyer de temps en temps; pour cela, après avoir dévissé le raccord en question, extraire avec précaution le filtre qui a la forme d'un petit dé coudre, et le nettoyer en soufflant vigoureusement travers (s'il restait collé au carburateur, utiliser une épingle pour le retirer).

    2) Filtre du réservoir d'essence
    Il existe un filtre la sortie du réservoir (côté intérieur). Si on constate une alimentation défectueuse au carburateur (diminution de la puissance, retours, difficultés de mise en route), et si après un nettoyage du filtre du carburateur, l'alimentation n'est pas redevenue normale, c'est que le filtre du réservoir est obstrué (si on retire le tube flexible du carburateur, l'essence ne coule pas ou coule 'faiblement lorsqu'on ouvre le robinet). Pour le déboucher, on


    soufflera fortement dans le tuyau souple après avoir ouvert le robinet et enlevé le bouchon du réservoir ; on repousse ainsi les saletés qui obstruaient le filtre, et l'essence coulera de nouveau. Cette opération n'est qu'un dépannage provisoire faire en route. Il sera bon, dès que possible, de faire un nettoyage complet de la tuyauterie du filtre et du réservoir.

    3) Filtre air du carburateur
    Il est situé dans le coude en caoutchouc qui relie le carburateur la. prise du moteur. Il faut le nettoyer de temps autre, et d'autant plus souvent que l'on roule plus fréquemment en terrain poussiéreux. Pour cela, enlever d'abord le coude en caoutchouc en retirer le filtre, le plonger dans un récipient propre contenant de "essence, le brosser et le sécher ; mettre quelques gouttes d'huile réparties sur sa surface, et le remonter.
    En le remettant en place dans le coude, avoir soin de bien l'engager dans la rainure prévue pour lui, afin qu'il ne se mette pas en travers lors du remontage du coude, ce qui provoquerait une diminution d'arrivée d'air, préjudiciable la bonne marche du moteur. Remettre ensuite le coude en place en le fixant d'abord du côté moteur.

    4) Réglage du carburateur
    a) La richesse du mélange est réglée par l'aiguille crantée (voir page 22).
    b) Le ralenti se règle comme il est indiqué page 22, en tournant la vis (11) dans le sens des aiguilles d'une montre pour augmenter le régime du moteur ; en sens inverse pour le réduire.
    Si la rotation de la vis ne modifie pas la vitesse du moteur, c'est que' le câble de commande des gaz est trop tendu ; pour le détendre, visser la vis creuse moletée travers laquelle passe le câble de commande (après avoir desserré son contre-écrou), jusqu' ce que la rotation de la vis de réglage du ralenti agisse. Res. serrer ensuite le contre-écrou.
    NOTA. - Le réglage du ralenti doit se faire le moteur étant chaud.

    II. - ALLUMAGE.
    Le courant haute tension qui alimente la bougie est fourni par le volant magnétique.
    La bougie doit être vérifiée et nettoyée assez fréquemment pour cela, il faut la sortir du moteur en utilisant la clé bougie fournie avec le Scooter. Une fois démontée, on la nettoiera de préférence avec une petite brosse métallique et on vérifiera que l'écartement des électrodes est correct. Cet écartement doit être de 0,4 0,5 mm. (épaisseur d'une carte postale).
    Ne jamais toucher l'électrode centrale.

    III. - ECLAIRAGE
    L'éclairage du Scooter est assuré par un projecteur avant comportant : une position veilleuse, une position croisement, une position phare et une lanterne arrière. Le courant nécessaire est fourni par le volant magnétique décrit dans le § « Dispositif d'éclairage et d'allumage ».

    DESCRIPTION TECHNIQUE

    LE MOTEUR
    Le cycle idéal d'un moteur simple, robuste et d'entretien facile, est le cycle deux temps.
    Les usines DKW qui, dès l'origine, ont particulièrement étudié ce type de moteur, en sont actuellement les grands spécialistes.
    La cylindrée choisie (75 cc) donne les 3 ch qui, grâce au Variateur'continu, sont largement suffisants pour assurer au Scooter MANURHIN toute la puissance nécessaire.
    Le moteur est du type piston plat, balayage système Schnürle et refroidi par une turbine fixée sur le volant magnétique ; le volant magnétique porte également la pièce d'entraînement du tambour du câble de lancement.
    Toutes les pièces du moteur ont été calculées de façon particulièrement large et sont par suite très robustes ; le carter, en aluminium, servant de chambre de tranquillisation et de palier aux différents organes, est hermétique grâce des bagues d'étanchéité situées devant chaque palier et un joint d'étanchéité entre les deux moitiés du carter. Le vilebrequin est monté sur deux roulements billes ; la bielle est articulée sur le vilebrequin par l'intermédiaire d'un roulement rouleaux ; le piston est en alliage léger ; le cylindre en fonte grise spéciale et la culasse en alliage léger garnie d'ailettes de refroidissement d'une très grande efficacité. Le graissage est fait par mélange d'huile au carburant. La puissance du moteur est toujours utilisée de façon rationnelle grâce au Variateur continu qui est décrit dans un chapitre suivant.

    DISPOSITIF D' ECLAIRAGE ET D'ALLUMAGE
    Sur une des extrémités du vilebrequin se trouve fixé le volant magnétique qui n'est qu'une génératrice de courant alternatif alimentant l'allumage de la bougie du moteur, l'éclairage du projecteur et de la lanterne AR et l'avertisseur. Ce volant magnétique sert en même temps, en raison de son poids, de volant. Sur sa périphérie, il est garni d'ailettes formant ventilateur. Le courant d'air ainsi produit est canalisé sur le moteur dont il assure le refroidissement.

     


    Le schéma de l'installation électrique existante sur le MANURHIN est figurée sur notre dessin

     

     LE CARBURATEUR

    Il s'agit ici d'un carburateur aiguille avec volet de, départ, fabrication BING, type 4/14/1. Lorsque le robinet d'essence est ouvert, le carburant pénètre dans la cuve niveau constant (3) en passant par un raccord en laiton (I) qui contient l'intérieur un tamis d'essence (2). L'arrivée de l'essence est réglée par un pointeau (5) actionné par le flotteur (4). Le carburant arrive ensuite dans le gicleur pointeau (7) en passant tout d'abord par la buse (6). La descente du piston, pendant la course d'admission, crée un vide partiel dans le cylindre, qui a pour effet d'aspirer l'essence, partir du gicleur pointeau, en même temps que l'air extérieur. Un mélange air et essence se forme dans la chambre (8).

    La quantité du mélange air-essence pénétrant dans le moteur, (donc sa vitesse et sa puissance), sont réglés d'un côté par le boisseau des gaz (9) actionné par l'intermédiaire du levier (13) et de l'autre côté par la position de l'aiguille (10). Plus vous tournez vers l'arrière la poignée des gaz située sur la guidon, plus le coulisseau des gaz s'ouvre, et plus le carburant pénètre dans la chambre (8) de mélange.

    Avec la vis (11 ) on règle la marche du moteur au ralenti. Le boisseau des gaz repose, en cas de ralenti, sur la pointe conique de cette vis. Une rotation vers la droite de cette vis soul
     
     




    Le schéma de l'installation électrique existante sur le MANURHIN est figurée sur notre dessin

    LE CARBURATEUR

    Il s'agit ici d'un carburateur à aiguille avec volet de, départ, fabrication BING, type 4/14/1. Lorsque le robinet d'essence est ouvert, le carburant pénètre dans la cuve à niveau constant (3) en passant par un raccord en laiton (I) qui contient à l'intérieur un tamis d'essence (2). L'arrivée de l'essence est réglée par un pointeau (5) actionné par le flotteur (4). Le carburant arrive ensuite dans le gicleur à pointeau (7) en passant tout d'abord par la buse (6). La descente du piston, pendant la course d'admission, crée un vide partiel dans le cylindre, qui a pour effet d'aspirer l'essence, à partir du gicleur à pointeau, en même temps que l'air extérieur. Un mélange air et essence se forme dans la chambre (8).

    La quantité du mélange air-essence pénétrant dans le moteur, (donc sa vitesse et sa puissance), sont réglés d'un côté par le boisseau des gaz (9) actionné par l'intermédiaire du levier (13) et de l'autre côté par la position de l'aiguille (10). Plus vous tournez vers l'arrière la poignée des gaz située sur la guidon, plus le coulisseau des gaz s'ouvre, et plus le carburant pénètre dans la chambre (8) de mélange.

    Avec la vis (11 ) on règle la marche du moteur au ralenti. Le boisseau des gaz repose, en cas de ralenti, sur la pointe conique de cette vis. Une rotation vers la droite de cette vis soul

     

     

  • La Manufacture du Haut Rhin présente en 1956 le MR75 qui est une réplique du modèle allemand HOBBY de DKW. Au Salon de 1957, MANURHIN améliore légèrement son scooter. En 1958, la firme allemande DKW cède à MANURHIN l'exclusivité du modèle HOBBY. Bien qu'apparu tardivement sur le marché le MANURHIN s'y fera une place honnête grâce à sa maniabilité, sa tenue de route et son silence.

  •  Bernardet cabri 50cm3 1954  

      Je recherche un cabri 98 cm3 etat concours, je paye un tres bon prix. <me contacter ici>

    Le Cabri, est un modèle de scooter individuel sorti en juillet 1954.qui ne pèse que 34 kg et possède des petites roues de 3 x 8".
    Un gros tube de 45 mm de diamètre sert d'ossature ; y sont fixés le tablier en tôle et la plate-forme repose-pieds en aluminium.

    L'ensemble moteur-boîte de vitesse- roue arrière est articulé sous ce tube. Un bloc de caoutchouc est la seul suspension arrière. La suspension avant à roue tirée utilise des anneaux Neimann (directement tiré du E51). Le réservoir de cinq litres est assez fragile et supporte la selle. Au bas du réservoir, une jupe court le long du carter de chaîne et masque, en partie, la roue arrière. Le bloc- moteur horizontal possède deux vitesses commandées au guidon gauche, au guidon droit un astucieux système : en avant le moteur est decompressé, en arriere on accellère. Les pédales sont la pour répondre à la législation des moins de 50 cm³, et leur rôle se limite à celui de kick-starter.
    Dimensions :1,30m de long, 1,03 m de haut, largeur du guidon : 0,66 m.
    A peu près 300 exemplaires de ce modèle ont été construit. Les 50 cm3 sont très rares car ils font partie des 1er cabri construit par Bernardet....

     
    mCabri1.jpg
    mCabri1.jpg

    Vue de coté, tel que je l'ai acheté sur ebay
    pour 800FF

    mCabri2.jpg
    mCabri2.jpg


    Seul le guidon etait cassé. La peinture d'origine est encore en bon état.

    cabri5.jpg
    cabri5.jpg
    cabri1.jpg
    cabri1.jpg
    cabri2.jpg
    cabri2.jpg
    cabri4.jpg
    cabri4.jpg
    cabri3.jpg
    cabri3.jpg
    cabri6.jpg
    cabri6.jpg

    Vraisemblablement un Bernardet cabri 98ccm.
    J'en recherche un et je suis acheteur, me contacter
     Dépenses :

    - 3.20€ un tube de selle de diametre 25 de 25 cm de long chromé,
    - 30€ de bombes de couleur rouge,
    - 13€ de vis inox de 6mm
    - 2€ de bagette Brox pour souder le guidon,
    - 26€ un guidon de solex 3800 ref s90192 acheté chez le galet.free.fr
    -

    Astuces :

    Pour avoir une roue de secours supplementaire, vous pouvez a partir d'une roue en faire deux....si vous prenez une demi roue de Lambretta pour chaque demi roue de Cabri.

    Avis :

    C'est un scooter attachant et mignon car tres petit, maniable mais la motorisation est un peu legere en 50 cm3. Dommage qu'il ne se soit pas plus diffuses a l'epoque : surement a cause du succes du velosolex, largement moins cher.

     Liens :

    site Bernardet freres sur le cabri

  • Vous allez voir que faire de la moto, c'ela peut couter très cher, mais on n’a qu’une peau non?

    Premium motorcycle boot

    IXS Tourmaster black

    IXS.Tourmaster
    191 euro

    Botte en cuir n'offrant aucune protection mais en cuir souple trés agréable pour rouler pépère.

    Sidi Vertebra Race carbon black color

    257 euro

    • Made in Italy, Sidi build boots since 1969,
    • Premium motorcycle boot with an external protective system of interlocking plates (breveted)
    • Tons of external armor that is attached to the boot with Allen bolts so they can be replaced if you wipe out.
    • The boots have a grippy sole for good traction on and off the bike,
    • Side entry with a internal zipper and external Velcro flap,
    • Built in armor plates at the toe, heel cup, shin and both ankles,
    • For resuming : The main goal of this boot is to protect the foot in extreme wipeout conditions!! how much are your feet worth??

    Protective back

    Nice added value when you ride, “may help” in case of crash.

    Dainese protective back space 2

    113 euro
    2001 -> 2008

    • Transmit only 8.03 kN to the body when hit with a normalize crash EN 1621-1 (european norm)
    • The best choice, best performances

    Dainese V Neck 2 closer pictures

    340 euro
    2009 –> today

     

     

     

     

     

     

     

    Helmet

    Casque No 1

    Nolan N37 taille L
    Porté 2 ans.

    Casque No 2

    Nolan N81E taille XL, 1590 grammes
    Porté 2 ans.


    A une tendance vachement chiante a faire de la bué, été comme hiver (mais pas mon ancien N37 bizarre)

    Casque No 3

    Shark RSF2 Nexus Blue
    Porté 1 heure trop bruyant.

    Casque No 4

    Shoei XR1000 Badge TC-5
    450 euro
    Porté moins d’un an

    Shoei.XR1000.black.matte

    Casque No 5

    Shoei XR1000 Rogue TC5 
    500 euro
    Depuis 2009

    Shoei.XR1000.Rogue.TC5

     

    Gloves

    Dainese T-Age


    230 euro

    Top of the line protection hand used in Grand Prix

    Alpine stars GP Tech Gloves

    Alpinestars_GP_Tech_Gloves
    299 euro
    depuis 2009..

    Developed with Alpinestars professional MotoGP and Superbike racers, the GP Tech is the ultimate expression of road racing glove innovation, featuring the very latest design and production technology for greater performance and safety. The updated version features new, aggressive colorways and improved performance fit, material and construction adding to the gloves class leading safety and performance features.

    Veste

    Pour la vitesse

    IXS_Savage_leather_motorcycle

    • IXS Savage cuir black  295 euro
    • IXS Pacer cuir   272 euro

    Cuir épais a souhait, on se sentirait presque en sécurité.

    Pour la pluie

    IXS_Goretex_Apollo_motorcxcle

    • IXS Apollo goretex black 417 euro
    • IXS Trailor 259 euro

    + Peut être porté de janvier à décembre.
    + Goretex
    + doublure détacahble en aluminimum réfléchissant de chaleur.
    + Permet de rouler vers -8°C avec un maillot de corps mais pas sur plus de 100km d'affilé.
    - Peut être un peu trop lourd quand il est mouillé.

  • J 'ai achete mon netgear 834G le 29.12.2003 (pour 230euro et mon numero de serie DG8813CSA023172) et je n'ai jamais été tranquille avec. Comprenez par la, qu il n'a JAMAIS marche de facon stable et comme on peut l'attendre. Je suis ingénieur en informatique, utilisateur de linux (donc forcément patient et combattif) et j'ai tente tous les trucs et reglages du forums http://www.netgear-forum.com/ , mon pseudo sur le forum était "elta68"

    J'ai installé les bios suivants:
    Le modem-routeur-hub-point d'acces sans fil possédait d'origine le bios 1.01, puis le 1.03 (le 1er flashage a d'ailleur rendu inutilisable le premier modem, j'ai du l'échanger le lendemain même après un gros bon mensonge chez mon revendeur) puis le 1.03.07 (non officiel) puis le 1.04.00 puis le 1.04.01 puis le 1.05.00 sans jamais aucune amélioration notable.

    Mes paramètres de lignes étaient les suivants, car on m'a souvent reproché que mes problèmes venaient de la ligne téléphonique:
    Atténuation ligne
    Downstream 45 db
    Upstream 40 db
    Marge de bruit
    Downstream 27 db
    Upstream 31 dba

    Ils sont d'aprés le forum dans la bonne moyenne.

    Les Faits:
    J'utilise 3 pc dont 1 occasionnelement en wireless, avec emule ou sans le modem freeze, je perd l interface web, il tient pas 12heures connectés, les performances sont minables a telle point que je suis retourner sur le modem eci usb de l'opérateur historique..
    Soit le routeur perdait la connection automatique, soit le wifi bloquait le modem, et ce même avec aucun pc sur le réseau!!! Le résultat était toujours le même, plus d'accès a la console web du routeur.

    A peu prés 30% des utilsateurs sur le forum se plaignaient de ce routeur. J'ai eu 512kb en downstream pendant 9 mois puis 1024kb et j 'ai toujours des problemes.

    Je suis maintenant persuade que le probleme était hardware et non software, ou du a l'utilisateur comme beaucoup le pensait sur le forum. De plus dans google, on voit que dans tous les pays il y a des problèmes avec ce modem.

    Nota Bene, Netgear a sorti un nouveau modèle, qui change de couleur: il est blanc, et qui possèdent des ouies d'aérationss beaucoup plus grande sur le dessus.

    Solutions?

    J'ai acheté sur les conseils éclairés de MadDog du forum emule.net un US robotics 9106 (Juin 2004) que j'ai payé moins cher (120€) et dont j'ai oublié jusqu'a son existence tellement il ne me pose pas de problème. Nota ce modem existe en version 9105 (sans wireless) et coute 30€ moins cher. J'ai updater le bios de mon USR9106 depuis, et l'interface web est toujours accessible, les performances sont époustouflantes même avec son bios 1.02 mais la configuration reste plus barbare: cela sent le coté pro du modèle....

    • Opter pour un prolongateur de bougie, cela facilite le démarrage. Oublier les accus séparés et opter pour un panel qui en plus vous renseignera sur l'état de la bougie.
    • Le moteur TT36 ne tourne bien que riche, très riche !!!! si ils marche erratiquement, virer le et acheter un os32 ou os46
    • Changer tous les mois ou les deux mois la durite interne au réservoir, ceci est surtout valable si vous volez avec beaucoup de nitro (15%)
    • Je vole avec une os8/enya3 car c'est la bougie recommandé pour les TT36, et OS32 quelque soit le temps. En résumé plus le moteur à une forte cylindrée, plus la bougie sera froide. Faible cylindrée la bougie sera d'autant plus chaude que le moteur tourne sous un fort taux de nitro.
    • Si vous déplacer l'helico, penser a boucher la sortie du pot avec un boulquies, cela evite a l'huile de goutter sur le parcours.
    • Une durite/raccord de pot en silicone brule à la longue, acheter en une en téflon, plus cher, mais elle ne bougera plus.
    • Penser à avoir un filtre a carburant sur l'hélico ainsi que sur la pompe à essence.
  • Â

    E51125cm3 1954

     

    Restauration

    1994, depuis en constante améliorations...

    Dépenses


    photo 1997

    Améliorations

    J&39;adore les vieilles mécaniques, mais il ne faut pas exagérer et perdre en fiabilité non plus. J&39;ai donc remplacer: (j&39;entends déja des gens hurler)

    • Le carburateur par un Polini tout neuf de 2002 de 25mm!, de ce fait j&39;ai fait faire une pipe d&39;admission en cuivre/ laiton chromée.
    • Le pot m&39;énerve aussi un peu (surtout mes voisins :-)): trop de bruit malgré une restauration complète (dégraissage, sablage), il ne va pas tarder a ce faire remplacer par un pot moderne, honteux mais cela reste sous la carosserie. Pour l&39;instant j&39;ai rajouter a l&39;interieur un peu de laine céramique (magasin moto) et rajoutö un silencieux du plus bel effet.
    • Beaucoup de tôles du plancher vibrent: je vais donc le démonter et glisser entre les toles des joints ou morceaux de chambre à air en caoutchoucs.


    photo 1997

    Historique
    http://www.bernardet.com/e51.html

    Au Salon de Paris de 1947, sort le premier modèle puis en 1948 sort la pré-série A.48. Ce scooter de style massif possède un moteur YDRAL de 128 cm3, un bloc moteur deux-temps à 4 vitesses (à l&39;époque les moins de 125 cm3 n&39;étaient pas en vente libre !).

    Le A.49 est l&39;évolution en droite ligne de son aîné mais en plus esthétique et de meilleure conception mécanique. Le B.250 (250 cm3) est présenté au Salon de 1949 : il est tout aussi massif que son prédécesseur mais en 1950, il a perdu quelques kilos et 15 cm. Il disparaît en 1951, car il est d&39;un coût de construction trop élevé. Le 250BM (250 cm3) et le C.50 (125 cm3) sont présentés en 1950.


    photo 1997

    Astuces

    • De temsp en temps, 1 fois tous les deux ans, je rajoute le contenu d&39;un demi flacon de VIMS (remétallisant moteur) dans l&39;essence, cela a déja fait des miracles sur ma voitures et n&39;a jamais géné mes scooters.
    • Si il vous manque une roue de secours et donc la jante, pas de problème : acheter ou récuperer une jante de lambretta et augmenter le diamètre de percage des boulons de fixations.
    • Attention au problèmes de surchauffe du moteur! Mon scooter possède une amélioration originale de l&39;ancien propriétaire: un système de ventilation personnelle qui soufle l&39;air (au lieu de l&39;aspirer) sur le cylindre. Cette personne a soudé électriquement une à une les pales sur un disque métallique.
    • Tout était a l&39;époque en option sur ce scooter: 2ème sièges passager, marche pied en aluminium, porte bagage, casquette de phare, pare-choc avant et roues de secours....j&39;ai de la chance, j&39;avais tout cela sur l&39;epave initiale.
    • Les pneus flancs blancs rehaussent encore plus l&39;aspect raffiné du scooter: un bon investissement !
    • Je monte le plus possible de la visserie inox, cela ne rouillera plus jamais et cela ne coute pas beuacoup plus cher (de toute facon il y a plusieurs qualité d&39;inox). Penser a zinger la carosserie si vous avez prit le soin de mettre à nue la carosserie (env 70€ pour tout le scooter).
    Â

  • Velosolex 1948 noir

    • Moteur de 45ccm de 0.4cv, à 2,000 tr/min.
    • On passe du mode bicyclette au mode vélomoteur, en abaissant le moteur jusqu'a entendre un clic.
    • Le cadre esr unisexe.
    • Les roues ont un diamètre de 650.
    • Les poignées de freins sont inversées. Guidon chromé.
    • Le phare est au dessus du volant magnétique.
    • Le bas du garde boue arrière est orné d'un catadioptre.
    • Le siège est suspendu sur trois ressorts.
    • Le réservoir de 1 litres permet de parcourir 100 km à 25 km/h
    • Poids de 25 kg.
    • Le porte baggage est en tube cintré, la boite à outils à l'arrière, la pompe à droite.
    • Refait à neuf (malheureusement la peinture d'origine était irrécupérable) hormis les chromes pour l'instant.

    velosolex 1400

    todo

    velosolex 2200

    todo

    Velosolex 3800

    *  Apparaît en Mai 1966
    * Le logo 3800 est apparu sur le filtre à air.
    * Un couple encore amélioré.
    * Chromes neuf

    velosolex 5000

    Introduit en 1971, il coexiste avec le 3800. C'est la première fois que l'apparition
    d'un modèle Solex ne provoque pas la disparition du modèle précédent. Disponible
    en 4 couleurs (orange, bleu lagon, blanc et jaune). Le mien est devenu rouge pompier !

    • Petites roues (2*16 pouces) flancs blancs.
    • les gardes boues sont en inox.
    • Guidon surélevé comme sur le micron qui supporte la lumière en son centre.
    • Le porte bagage est en alu profilé avec une pièce plastique à la fin.
    • Boite à outils sous le siège.
    • Le système de basculement du moteur est remplacé par une poignée levier.

    Solex Tenor S

    • En 1973, apparait le Ténor, mobylette avec un moteur Franco Morini.
    • Le prix des modèles : L 1060 FRF, S 1350 FRF disponible seulement en Jaune.
    • Très peu de ces modèles ont été fabriqués (on dit 2000 environ)
  • Vous vendez un objet sur internet et quelqu'un vous contacte dans un francais approximatif? Il accepte sans conditions votre prix et se propose même de vous donnez beaucoup plus?

    Il s'agit d'une arnaque en bonne et dûe forme, histoire de profiter du système bancaire français....Ils proposent certainement d'envoyer un chèque étranger avec éventuellement un complément (genre 2000 € de frais d'expédition) que vous allez très vite déposer sur votre compte. Quelques jours plus tard, le compte sera crédité de la somme. Quelqu'un viendra demander l'objet et également le complément envoyé puisque finalement, ils viennent la chercher en main propre et ne veulent pas payer de frais d'expédition. Vous remboursererez donc (en liquide!) la différence et les malfaiteurs partiront avec l'objet et l'argent. Mais voila....Quelques semaines plus tard (jusqu'a 4!!!), la banque aura enfin fini de vérifier le chèque qui s'avérera être faux... et donc vous débitera la somme correspondante sur votre compte. Vous aurez perdu de l'argent et votre objet.....

    Une très bonne page qui explique quelque stratagèmes d'escroqs sévissant sur internet.

  • Madame Olin, Ministre de l''écologie et du Développement Durable a adressé aux préfectures une circulaire datée du 6 septembre concernant la circulation des quads et autres véhicules à moteur dans les espaces naturels.

    Ce texte prend comme prétexte le développement du marché des quads, pour demander aux préfets une application plus rigoureuse de la loi 91-2 sur la circulation des véhicules terrestres dans les espaces naturels et appuie cette demande d'interprétations particulières des termes de cette loi.


    Malgré un débat au Sénat, le 9 novembre, au cours duquel il est apparu que cette circulaire était illégale, en ce sens qu' une circulaire ne peut pas réglementer, et encore moins intervenir dans le domaine de la loi, l'engagement de M.Bussereau, Ministre de l'Agriculture d'en avertir sa collègue et les protestations unanimes des différentes associations et fédérations représentatives des loisirs motorisés, le Ministère de l'écologie et du Développement Durable refuse d'annuler cette circulaire.


    Différents recours auprès du Conseil d'Etat ont été engagés et nul doute qu'ils aboutiront à une nouvelle condamnation du Ministère de l'écologie, comme ce fà»t le cas, le 30 décembre 2003, pour une circulaire similaire concernant la motoneige. Les longs délais de ces procédures imposent cependant une réponse plus rapide des pouvoirs publics.


    En effet, cette circulaire interprète de manière totalement abusive la notion d'ouverture à la circulation », en reprenant mot pour mot la propagande des associations écologistes les plus sectaires. Elle transforme ainsi en délinquants tous ceux qui circulent sur des voies pouvant être considérées comme non-carrossables. Au delà de l'introduction maladroite d'une notion aussi floue dans le droit, cette interprétation abusive nous prive de l'usage de l'immense réseau de voies privées, de chemins ruraux, voire de routes départementales sur lequel nous circulons depuis des années, sans nuisance ni conflits notables.


    Cette circulaire anéanti également les efforts d'éducation et d'encadrement des usagers, menés depuis des années par les associations comme la notre. Nous déclinons donc, dès maintenant toute responsabilité quant aux comportements que pourrons avoir d'honnêtes citoyens privés d'exercer des loisirs parfaitement légaux, jetés en pà¢ture comme les boucs-émissaires des atteintes à l'environnement quand ce n'est pas du réchauffement climatique.

    Pour en savoir plus:

     

  •  Avant d'acheter un Roadster ou de dire que le votre est meilleur, demandez meilleur pour faire quoi avec ?
    • Vous voulez vous amuser le weekend ?
    • Vous voulez aller travailler avec tous les jours ?
    • Vous desirez vous promenez avec votre chère moitiée?
    • Vous voulez vous amuser à moindre frais?
    • Vous voulez frimer à la terrase ?
    • Vous voulez tout faire?

    Si c'est un comparatif des performances pures des roadsters 600 ccm que vous recherchez, alors vous êtes sur la bonne page....a titre de comparatif, j'ai aussi rajouter un ou deux modèles de la catégorie supérieure....Yamaha MT01

     

     Honda
    Hornet600
    (599ccm)


    Suzuki
    Sv 650
    (645ccm)
    Triumph
    Speed Four

    Yamaha
    Mt-01
    (1670ccm)

    **
    90cv a 4750ccm
    240kg
    13250€
    Yamaha
    Buldog
    (1100ccm)


    65cv
    230kg
    Reprise 50km/h rapport plus long
    0-400m
    14''714''0015''4--
    accélération 0-50km/h1''71''51''7  
    accélération 0-100km/h
    Porsche Carrera Gt 3''9
    a 1100ZZR en 3''5 sur 55m
    3''6 en 56m3''73''54''04''7
    0-400m d.a11''712''111''412''213''3
    0-1000m d.a22"0723"6-22''726''1
    Couple6.3 mkg
    Ã 9500tr/min
    6.3mkg
    Ã 7400tr/min
    -15.3mkg
    Ã 3750tr/min
    -
    Vitesse max223.7km/h206km/h231km/h210km/h178km/h
    90-130km/h6"3--3''9-

    origine "in Moto" Aout-sept 2003 - ** origine Maximoto N°42 -http://www.400da.com/ 

     Suzuki
    Bandit
    6349€
    Honda
    Hornet
    Yamaha
    Fazer
    Ducati
    Monster
    Suzuki
    SV650
    Kawasaki
    ZX-6R
    Kawasaki
    ZR-7
    Yamaha
    MT01
    13250€
    Vitesse compteur220230243185217275220 
    reel197211225173204256204210
    Accélérations
    0 Ã 100
    3"9
    66 m
    3"5
    55 m
    3"5
    54 m
    5"2
    90 m
    3"5
    56 m
    3"2
    50 m
    4"
    64m
    4"
    200m DA
    en km/h
    7"8
    143
    7"4
    155
    7"5
    157
    8"6
    128
    7"6
    149
    7"1
    167
    8"
    145
    ??
    ???
    400 m DA
    en km/h
    12"3
    166
    11"7
    183
    11"7
    186
    13"7
    152
    12"0
    174
    11"0
    204
    12"5
    172
    12"2
    ???
    1000 m DA
    en km/h
    23"09
    195
    22"07
    203
    22"3
    210
    27"1
    169
    23"6
    196
    20"9
    235
    24"
    196
    22"7
    ???
    Reprises        
    60 Ã 90 km/h
    4"08
    100 m
    4"0
    84 m
    3"9
    80 m
    4"1
    86 m
    3"3
    69 m
    4"00
    82 m
    4"2
    86 m
     
    90 Ã 130 km/h
    8"03
    257 m
    6"3
    192 m
    5"4
    165m
    7"1
    220 m
    5"3
    161 m
    5"00
    154 m
    5"
    155m
    3''9
    ???m

     

  • J’adore cette publicité!

    Un spot télévisé vraiment intelligent qui fait intervenir le big bang, la formation de la terre ou la rencontre d'un spermatozoïde et d'un ovule, est diffusé sur les chaînes hertziennes et la TNT. Il met en parallèle la probabilité infime qu'a eu l'homme de naître et le risque élevé qu'a le fumeur de mourir de tabagisme. Je trouve cette idée simplement géniale!

    En voici le texte

    • Il y a 13,7 milliards d'années, nous avions une chance sur 200 milliards pour que le big-bang ait lieu et que l'univers se dilate.
    • Une chance sur 800 trillions pour que la Terre bénéficie d'une température vivable et qu'une cellule évolue d'une certaine façon pour aboutir à  l'homme.
    • Une chance sur 20 milliards pour que des centaines de millions d'hommes se battent pendant des milliers d'années et peuplent la Terre de cette façon et pas d'une autre.
    • Vous aviez une chance sur plusieurs trillions pour que votre père et votre mère se rencontrent.
    • Et une chance sur 200 millions d'être issu de ce spermatozoide qui a réussi à accéder à l'ovule.
    • Vous avez une chance incroyable. Mais ce ne va pas peut-être pas durer.
    • 1 fumeur sur 2 meurt du tabac.
  • A mettre sur un Tee Shirt, bestof des questions pas forcément idiotes:
    1. Si vous me demandez, n'en acheter pas.
    2. Aussi loin que je peut le voir.
    3. Très difficile.
    4. Oui je dois le reconstruire a chaque erreur de pilotage.
    5. Ou ca du vent ?
    6. "Bien sur que vous pouvez. Apres m'avoir donné en gage vos clés de voiture."
    7. "Hmm, Peut être un petit chien".
    8. Non les vrais ne peuvent voler à l'envers.
    9. Non plus maintenant, je les revends tous.
    10. Parce que les hélicoptères sont plus funs.
    11. Oui! comme une tondeuse à gazon qu'on lache sur votre tête.
    12. Une télécommande.
    13. environ 90 km/h.
    14. Non je ne suis pas votre cousin.
    15. Tout c'est bien passé, je vais atterrir.
    16. bien sur que oui, c'est ce que je voulais faire!
    17. je n'ai JAMAIS eu de crash, seulement des atterissages violents.
    18. Le père noêl doit beaucoup vous aimer.
    19. A cause de l'essence que j'utilise.
    20. j'apprend ENCORE.
    1. If you have to ask-don't buy one
    2. Higher than I can see.
    3. Very difficult.
    4. Yes. In fact I get to rebuild it every time I make a mistake.
    5. What wind?
    6. "Sure you can...After you give me the keys to your car.".
    7. "Hmm, maybe a small dog".
    8. No, the real ones can't hover upside-down.
    9. Not any more. I sold them all.
    10. Because helicopters are way more fun.
    11. Yes! like a friggin lawnmower dropped on your head.
    12. A helicopter radio.
    13. About 60 miles per hour.
    14. Yeah! Well I'm not your cousin!
    15. Everything goes quite, so you land.
    16. Of course I meant to do that!
    17. I've NEVER had a crash, only hard landings.
    18. Father Christmas must REALLY like you.
    19. Because of the fuel that I use
    20. I'm STILL learning

    Questions de débutants:

    • Durée de vol avec un plein ? entre 15 et 20 min selon le régime moteur.
    • Jusqu'a quelle distance ? aussi loin que l'on peut distinguer la forme de l'helico puis en fonction de la portée de l'émmetteur (3 km).
    • Ca va à quelle vitesse ? le record de vitesse s'etablit a 100 km/h, un hélico taille 30 environ 55 km/h.
    • Et ca pèse quoi ? un taille 30 environ 3.5 kg en vol. Jusqu'a 5kg pour un hélico finition maquette.
    • Quelle charge cela soulève t'il ?un hélicoptère taille 30 soulève jusqu'a 1kg, taille 60 size peut soulever de 2 à 4 kg. Un 60 spécial (Bergen Observer) plus de 6.8 kg.
    • A quelle vitesse tourne les pales ?de 1600 à 1900 tr/min 200kg de traction sur les pieds de pales, 250 km/h en bout de pales et la force de pression d'une balle de 45 mm. Le moteur dégage environ 1.5 CV mais certains taille 60 plus de 3.5 CV. Il faut éviter tout contacts et ne pas hésiter à sacrifier son hélico pour préserver les personnes ou soi màªme. Prendre une assurance spécialisée ou adherez à la Fédération francaise de modélisme (FFMA).
    • Qu'est ce que cela coute ?pour commencer de but en blanc compter environ 1200€ avec l'équipement de terrain.
    • Est ce dur à monter ? à entretenir ? non il faut surveiller la machines et faire de la maintenance préventive et de sécurité. Les machines sont bien concues.
    • Combien de temps pour monter un helico ? pour le raptor en ARF (almost ready to fly) quelques heures suffisent. Le temps de monter l'electronique et de verifier la qualité de montage du kit.
    • Est ce dur a piloter ? oui mais on peut apprendre par palier, et décoller centimètres par centimètres. Le pire problàªme est de gérer plusieurs commandes simultanement et de les voir varier dans le temps selon l'orientation de l'helicoptère (tout est dit). Un hélico oblige à maitriser toutes les phases de vol et selon toutes les orientations possibles, sinon c'est le crash assurés. Aux problèmes de pilotages (les plus courants, par ex un mélange de manettes) s'ajoutent les interférences radio, les problèmes mécanique (ex rupture de durite de pressu ou moteur cale ou... ou ..... méne au crash)
    • Comment commencer ?Acheter un simulateur (www.realflight.com) avant d'acheter un helicoptère. Si aprés 1 mois vous etes encore motiver alors c'est tout bon. Sinon il sera toujours possible de revendre le simulateur. Puis monter un patin d'écolage et s'adresser à un club pour les réglages et les premiers vols (c'est pas un jouet a mettre entre toute les mains et le premier vol est le plus dangeureux).
    • Le carburant ? c'est un mélange à base d'alcool et de nitrométhane. Compter 19Fr du litres pour du 1% de nitro (4 pleins de 250ml = 1 litres = 4 * 15 minutes environs). Avec 30% de nitro on grimpe à 90fr du litre.....
    • Le moteur ? des moteurs 2 temps haute performances : 18000 tr/min et 1.5 CV. Un 60 avec un bon OS61 ou Novarossi 10 ccm de 2 à 3 CV.
    • Bougies ? bah elles tiennent 20 vols au début (car on maltraite le moteur) compter 7€ par bougies. (tiens encore un autre budget....)
    • Crash ? aie aie au mieux : le patin d'atterissage (23€), si l'helicoptere se couche sur le coté : rotor principale et arriere, arbre rotor, barre de bell, tube de queue (un crash kit ! ce qui correspond à un bundle : 70€ pour le raptor !!). Si il rencontre la planete violement, on risque de compter les pieces encore entieres. Nouvel hélico + electronique (gyro + recepteur ou SAV) +..... 700€ selon l'equipement pour le raptor.
  • Avant d'acheter un hélico, acheter un simulateur, si cela vous intéresse encore de relever le challenge apres 2 mois de simulateur alors foncer vous acheter un de ses joujoux et à vous le ciel !

    Thunder Tiger Raptor 30
    Kyosho Caliber 30
    Design plus ancien herité du Kalt mais novateur de par sa simplicité de mise en oeuvre. Très grande famille, donc beaucoup de possibilités d'évolution.

    Différent modèles(sous divisés en ARF ou kit et en 29 ou 49 roulements):

    • Raptor 30 v1 (TT36 et pot nul). Plus en vente!
    • Raptor 30 v2 (TT39 et pot super)
    • Raptor 50 v1 (OS50 ou rossi 53 ou novarossi 50 ou...). Plus en vente!
    • Raptor 50 v2 (TT50 ou OS50 ou rossi 53 ou novarossi 50 ou ...et pot super)
    Design hérité du flambeauhors de prix de la marque kyosho : caliber 60 (2700€ tout métal), réalisé ici en tout plastique

    Différent modèles:
    N'existe qu'en OS32 officiellement et en deux versions.

    • Caliber 30
    • Caliber 30 FT special édition. (Japon uniquement), une bulle fibre et un plateau métal en plus c'est tout
    Design robuste, le chassis résiste bien au crash. Patins large qui agit comme amortisseur. Possibilité de bricoler le chassis car il y a de la matière. Chassis serré et fin, beaucoup de flexions, beaucoup plus fragile. Patin peu large et très dure (casse souvent). Peu de place dans le radio tray. difficile de monter un gouvernor (turbine non usiné et ne possèdant pas de trous pour y fixer les aimants)
    Tête plastique, axes et porte pales imposant, cela sent le robuste Tête metal/plastique, porte pale fin et inquiètant....
    Plateau cyclique moyen, mais en moitié métallique Plateau cyclique ridicule, en 4 parties avec 7 vis philips
    Barre de bell sur le dessus, Palette lourde et de qualité. Barre de bell sous le rotor (n'apporte rien au vol, c'est une fable de dire que c'est mieux mais enfin), palette de piètre qualité car en 2 parties (elle peuvent légrement se séparer en vol et les pales battent alors, à coller avec de la CA).
    Sortie en 1998. Sortie en fin 2001.
    problèmes connus :
    • wah wah(oscillation de la queue du a un mauvais réglage du pointeau et à un jeu vertical de la courrone) résolue sur le version kit v2
    • woof and poof (tracking asymétrique violent et soudain de plusieurs centimètres pouvant finir avec un poof : explosion d'une pale sur le tube de queue !!!!!)
      résolue sur le version kit v2

    Devrait être résolues sur le R30 v2. regarder sous www.google.com le nombre de threads sur le sujets.
    Tous les raptor n'ont pas ces problemes mais moi cela m'a empeché de voler longtemps car je n'ai pas pu le corriger...
    regarder la section troubleshooting de www.raptortechnique.com

    • Qualités des plastiques,
    • Jeu importants mais qui ne limite pas la précision en vol (mais vous n'aurez pas besoin de mettre de l'exponentiel sur les commandes avec ces jeux inhérent ;-) )
    • Wooble léger sur certains modèle (il faudra inverser le delta alors),
    • Flexion du chassis (radio tray) important modifiant le pas en mode CCPM!
    Solutions techniques:

    Machine plus vieille, on connait donc tout ses problèmes, grande communauté.

    Section Caliber de www.runryder.com
    Machine plus récente, il y a moins de site et de recul sur cette machine. Communauté en hausse.
    Prix des pièces détachées(prix des USA pour réfèrence)
    • Très peu cher (crash a 100€ voir souvent moins, jamais plus de 200€), Crash kit à 46$ disponible.
    • Tous les magasins ou presque vendent du raptor
    • Beaucoup de choix en Aftermarket (tunings, upgrades divers)
    • beaucoup d'occasion a saisir.
    • Les pièces détachées coà»te le double si on prend le raptor 30 pour référence. La machine est cheap ou semble d'entrée de gamme mais au USA les pièces restent cher.
    • Pas encore de crash kit.
    • Tous les magasins ne vendent pas de kyosho
    • Marché de l'occasion maigre (car plus récent)
    Commande:
    Mixage mécanique uniquement. Des sociétés tierces proposent des kits CCPM mais cela reste non officiel.
    Mixage mécanique qui a beaucoup trop de jeux ou mode CCPM (électronique si votre télécommande le permet). Essayer le CCPM c'est l'adopter !
    Réglages:
    Standard et transposable à tous les hélico d'autre marque, beaucoup plus de libertés.
    Trés peu de liberté lors du réglage car toutes les chapes ont la bonne longeurs (néanmoins c'est idéal pour le débutant)
    Manuel:
    • Succint et adapté aux pilotes aguerri (montage), la partie mise en route est correcte sans plus.
    • Il y a des manuels supplémentaires en anglais disponible sur internet comme celui de Fritz the Cat.
    Trés complet et facile a suivre (idéal pour le débutant) pour la mise en route. Sinon pour le remontage il n'y a guère que les éclatés pour se guider et cela s'est très mauvais....
    Réparations:
    • Très rapide, souvent en 1h la machine est de nouveau prète a voler.
    • Vis BTR partout,
    • Plastiques épais et historiquement solide.
    • Beaucoup plus de pièces dans la tête rotor,
    • Toujours des plastiques moyens...
    • Des vis philips partout dure à desserer, des vis que l'on ne serre que 2 fois dans les parties plastiques...
    3D:
    Toutes les machines sont capables si elles ont réglées correctement. Le raptor est plus robuste et ses performances reste constante plus longtemps dans le temps.
    Toutes les machines sont capables si elles ont réglées correctement. Le plateau cyclique prend beaucoup de jeu, les commandes sont trop souple (flexible), long rotor = inertie importante en roll (principe de la masse suspendue). Les portes pales sont fins tres fins et me font un peu peur...
    Upgrade:
    • Livré monté avec un TT39 (moteur de classe 32 a segment), encore une fois TT a utiliser un carburateur beaucoup trop sensible et creer un moteur qui veut tourner sous haut taux de nitro: 15% au moins. Conserver l'OS32 légèrement moins puissant mais plus constant en fonctionnement.
    • Existe en classe 50, kit de conversion disponible. Beaucoup de pièces métal disponible car beaucoup de société fabrique des pièces.
    • Livré avec un OS32, pas de possibilité de monter un OS46 ou OS50 sans énormes modifications.
    • Un peu moins de société fabrique des pièces métals. Correct (Japon) et QuickUk.
    Prix
    Identique à peu de choses près, livré avec un TT39, essayer de l'échanger contre un OS32 au fonctionnement plus fiable et régulier, le pot est nul et fait trop de bruit mais est suffisant pour un débutant (pour le pot sur le raptor 30 V1) et le pot de la version V2 est parfait.
    Vendu d'origine avec un OS32 et un bon pot gros volume au bruit feutré. La transmission par courroie est un plus car virtuellement inusable et résistant bien au crash. (on ne mange pas souvent de courrone car la courroie encaisse l'élongation)

    update: mon premier crash a détruit la courronne 90dents (jonction axe courrone explosé), l'axe ne s'est pas voilé (effet fusible)

    Prix des pièces détachées double du prix du raptor 30

    Review complète
    Sous www.google.com taper "raptor 30 review"
    Sous www.google.com taper "caliber 30 review"
    Ce site : review en anglais cliquer ici vous aurez la liste des défauts et qualités de cette machine avec une séletion de liens internet.
    Aide ?
    Débutant : Acheter toujours une machine si elle est déja beaucoup présente dans votre club car:
    • Vous aurez plus de conseils de la part des autres pilotes.
    • En cas de crash idiot, on peut vous dépanner d'une pièce ou deux pour le week-end ou en attendant les autres pièces...

    Lisez beaucoup sur le sujet (vive internet) et participer aux forums internet (Runryder ou RC Universe).

    <=
    Crash ?
    Le raptor survit bien au crash et sa réputation de solidité n'est plus à démontrer. Regarder l'épaisseur des portes pales et la solidité de la tête.


    Je suis malheureusement déja à mon deuxième crash, 1 du a une erreur de pilotage, l'autre a un problème mécanique. Sans appel le frame est beaucoup trop fragile et cassant,à chaque fois on peut changer le berceau radio avant, a chaque fois les bras de mixeur, et même le frame (casse au niveau du roulement supérieur du mat rotor). On doit aussi changer les pièces habituelles: pales, barre de bell, mat, mat de porte pales, flèche...etc


    Autorotation:
    Le Raptor 30 effectue les meilleurs autorotation même avec les pales bois en classe 30. Le raptor 30 se comporte plus comme un 60 en vol (stabilité, stationnaire précis) que comme un 30
    Il vaut mieux investir dans des pales fibres avant de s'y essayer...
    Plage de collectif:

    Le raptor à été concue pour arriver à une plage de collectif de -12° à +12°

    Le caliber à été concue pour arriver à une plage de collectif de -12° à +12°
    Mon Choix:
    Le raptor 30 a été ma première machine et j'y suis très attachée, je vais sans doute craquer pour un raptor 50 v2 dès qu'il sera disponible (un 50 est moins cher a maintenir que un classe 60 et possède un meilleur ratio puissance/poids). De plus je possède beaucoup de pièces détachées...et de moteur de classe 50 que je compte utiliser un jour...

    Cette machine à connut et connais encore un succés comme aucune autre machine, économique et de très grande facilité de maintenance, elle reste la machine en classe 30 du débutant apprenant le pilotage au pilote chevronné voulant secouer sa machine.

    Le caliber 30 ne ma pas encore posé de problème pour l'instant (au niveau mécanique et moteur). J'en ai deux tellementt je l'apprécie... En régle général, il ne faut JAMAIS acheter une machine à sa sortie car on ne connait pas tout ces problèmes de jeunesse (fabrication, erreur de conception), dans le cas du caliber 30, elles restent encore à découvrir...

    Je recommande néanmoins le raptor 30 pour sa solidité, le prix de ses pièces détachées en dessous du caliber 30. Et sa plus grande évolutivité de domaine de vol. Raptor ou Caliber 30, vous ne ferez pas d'erreur en prenant l'une ou l'autre.

     

    Autre choix possible:

    • Nexus de kyosho, prix des pieces ridicules mais cette machine est trop vieille maintenant et arrive en durée de vie, a acheter si vous tomber sur un stock de pièces ou que votre club est fourni sinon...
    • Century Hawk, machine peu connue mais qui a ses officianados, définitivement un mauvais choix si vous étes seul a en posséder une dans votre club....
    • Robbesort une machine en 30 tout plastique, leur réputation de qualité est un gage de reussite, mais ils doivent d'abord gagner des parts de marché et quid du prix des pièces détachées?

    Si vous avez des questions, penser d'abord a rechercher sur internet, avant de me contacter. ex que contient le crash kit du raptor 30 ? etc...

  • Je ne saurais être tenu responsable pour les erreurs d'attribution de technologies des différentes équipes citées ci-dessous. Ecrivez moi pour corriger toutes bévues. Les remarques n'engagent que moi.

    Ceci se veut être un document de synthèse sur toutes les technologies rencontrées lors de la coupe E=M6 et devrait pouvoir améliorer les performances de nos futurs robots. Il est le résultat de toutes mes nuits d'errances sur le campus improvisé de E=M6, lorsque la nuit, le manque de sommeil et les hectolitres de Coca-Cola aidant les langues se déliaient plus facilement. Merci à tous ceux qui même à 3 heures du matin et après 30 heures de veille m'ont répondu. Bonne Lecture.

    En grande majorité, on peut noter la grande complexité des robots participants à la coupe.

    Les systèmes électroniques sont complexes et étagées, le cablage en majorité touffue (je dirai prototypesque), ce qui provoque des problèmes d'isolations et de destruction inopinée.

    On peut dire que la majorité des pannes, même pour notre robot, provient du manque de rigueur dans le calcul des composants (fichu régulateur de tension) et du cablage réalisé à "la va vite" qui marche un premier temps mais qui se révèle désastreux à l'usage. Nous avons aussi mal construit le système de puissance avec des pistes trop petites, et nous n'avons pas non plus inséré des fusibles. Après ce mea culpa aussi grand qu'une poutrelle, passons aux brindilles dans les yeux des autres équipes

    En ce qui concerne le développement et le contrôle :

    • Peu en fait utilisent des micro-contrôleurs hormis pour leur PMI pour des raisons évidentes de place. Notons que Supelec Rennes incorporait une solution originale à base de carte 68HCll maitres-esclaves (5 au total mais cela ne marchait pas), et que ville d'Avray, vu la vitesse d'exécution et la relative constance dans le déplacement doit utiliser un automate industriel très rapide.
    • Sur cible 68hcl 1, j'ai remarqué Control Boy, une solution commerciale qui se révèle très facile à l'usage (copier coller de blocs) et des compilateurs dédiés sous DOS.
    • Beaucoup de langages procédurales (ou utilisés comme tel) Pascal, C etc
    • Beaucoup trop de robot nécessitait un poste portable pour démarrer (soit une liaison série, soit une connectique complète de PC), ce qui prouve que notre mode de gestion dans un fichier de démarrage est préférable, moins souple mais moins stressante et plus sur.
    • Des chips programmés en VHDL purement combinatoire pour les PMI (bonjours les équations ! ).
    • Une équipe utilisait une GAME BOY comme contrôleur avec une carte d'E/S, astucieux mais plus un symbole que un exemple à suivre (l'écran incorporé était utile et la programmation se faisait en C sur PC avec un cross assembler).
    • L'ENAC utilisait pour configurer ses PMI un soft développé par un Thésard pendant un an, il représentait la piste et les courbes du parcours tracé Ã la souris, aidait la configuration d'un exécutable. Impressionnant!
    • Beaucoup d'équipes ont aussi équipé leur robot de dissipateurs thermiques munis de ventilateurs, et utilisent pour le robot principal des solutions à base de carte mère PC (rack industriel ou carte Arcom).

    En ce qui concerne les stratégies :

    • Au chapitre des bonnes idées, beaucoup de bar graphe lumineux qui après examen minutieux et maintes questions se révèle être un moyen astucieux de posséder plusieurs stratégies différentes avec une seule action télécommandée. Il suffit d'appuyer sur le bouton poussoir lorsque la bonne stratégie associée à la LED est allumée.
    • La télécommande est indispensable et clairement plusieurs matchs ont étés gagnés de justesse grace à ce périphérique. En effet beaucoup de robots ont des comportements bizarres non programmés et l'intervention humaine à permit dans bien des cas à sauver la partie (destruction de son propre chateau). Composés de simple émetteur IR ou de télécommande du commerce à 49 FF bricolé (voiture FM nda) que je ne recommande pas car a base de quartz normalisé 27,5 MfIz. La télécommande peut aussi bloquer l'autre robot, ce qui peut s'avérer efficace si le robot en face à une intelligence inversement proportionnelle à celle de l'opérateur, c'est à dire idiot.
    • J'ai compté environ 20 équipes qui possédaient des télécommandes.
    • Les PMI qui longent les rives sont très astucieuses et souvent très rapides mais le contre est trop prévisible et ne doit donc pas être la seule stratégie ou mode de déplacement d'une PMI.

    En ce qui concerne les capteurs

    • Aucune utilisation des ultrasons qui au dire des équipes sont désastreux lors des matchs, nous avons du aussi les désactiver pour plus de sûreté et pour avoir un comportement moins aléatoire de notre PMI.
    • Très peu aussi ont utilisé les infrarouges, car d'expérience le résultat est catastrophique et pour une raison très simple : il existe trop de perturbations lumineuses (lumières rasantes, torches IR des caméras, réflexions), La seule raison pour laquelle notre robot fonctionnait plutôt bien (honnis en 1/4 de finale), c'est que nous avions eu l'idée d'isoler les capteurs pourtant bien en dessous du robot par de la gaine d'isolation de porte. Idem pour les capteurs de la PMI qui se sont vu adjoindre une jupe en tissus, car ils ne discriminaient plus le fossé, ni les lignes blanches. La solution existe et est très employée, beaucoup d'équipes l'utilisent :
    • Il s'agit de saturer la piste en lumières, typiquement par une LED rouge et de relever le niveau de tension ou seuil qui en résulte par une photo diode. J'ai vu de tel robot équipé de 5 Leds qui fonctionnaient très bien et qui possédaient même de tels circuits en CMS et une vitesse d'exécution proche de Ville d'Avray. Au dire des équipes, la seule difficulté est de régler finement les points de convergences des diodes de mesure sur la piste.
    • On peut aussi insérer un filtre rouge pour diminuer l'influence de la lumière blanche et mieux discriminer le vert.
    • Notre robot n'intégrait que deux capteurs pour le suivi de ligne, alors que d'autres avec 5 capteurs élaboraient des tables de vérité, qui autorisaient un déplacement rapide et moins "crabesque".
    • Les capteurs incrémentaux relatifs faisait la loi et certaines équipes annonçaient plus de 10000 pas par tours interpolés (ENS Cachan) !, d'autre suite à des problèmes techniques ont bricolé en hate des codeurs composés d'un disque en plastique munis de boulons qui frappaient un capteur mécanique de fin de course (ESIAE) ! pour un résultat plutôt honorable (précision <3mm). Ces capteurs étaient en appuis sous le robot sur la piste ou plus généralement sur les axes des moteurs.
    • Une équipe a incorporé un gyroscope piézo-électrique ? (30OFF dans radiospares mais on murmure que 150OFF permet d'avoir un super capteur avec conditionnement) mais un manque de rigueur ? ou une mauvaise implémentation sur le robot ? provoquait une dérive inexpliquée de +- 10% (résultat plus qu'honorable car on m'a dit que l'on peut avoir 70'/s d'erreur sans filtre de kalmann).
    • L'ENAC avec son système de tir avec visé Laser n'a cessé de m'intriguer. La présence du point rouge sur une tour se terminait systématiquement avec la destruction de celle-ci. Info ou Intox ? Une grande couronne de photo transistor et d'émetteur IR (LED sombre) régulièrement espacé sur le robot complétait le système. La même équipe détectait la présence d'une balle dans leur système de tir par la rupture d'un faisceau laser. Supelec Rennes avait aussi essayé de détecter la réflexion sur deux tubes en inox (balise), mais sans succès, alors que dire de l'ENAC sur des bouts de bois ? Après coup, je dirai, vu la profusion de leds IR que ce robot ENAC essayait de cartographier le terrain ennemi et que le laser n'était que la représentation physique de la future cible et aidait à la mise au point. L'apparente puissance de calcul de ce robot et l'entrain à coder des élèves (logiciel de simulation de trajectoire) va dans ce sens.

    Les Balises :

    • Dans la mesure du possible les balises sur le robot adverses sont très utiles, tout du moins dans un jeu de tir. Ville dAvray, Isep suivait les déplacements du robot adverse et empêchait ainsi tout tir direct.
    • Principalement constitué de balises lumineuses très puissantes ou des infrarouges avec détection du maximum voire pour Torsac, un micro electret (plus un gadget). Les rocher Suchard de Eifel (Paris) ont fait aussi beaucoup d'effet. Il est très décevant que si peu d'équipes utilisent des balises fixes (10) même si les résultats sont honorables sans.
    • Tout au plus, certaines équipes utilisent une balise derrière le chateau sans doute pour ne pas faire de bêtises lors des tirs... et savoir ou tirer.

    La Propulsion:

    • La principale faiblesse de notre robot et de beaucoup d'équipes réside dans le choix des moteurs. Radiospares à 400 FF pour les uns, 1500 francs pour les autres, beaucoup mais alors beaucoup plus pour pour Ville Avray (on murmurait 30 000 FF pour la propulsion + commande) !.
    • Les moteurs pas à pas sont très peu employés car trop lent sans circuit spécialisé et trop soumis aux perturbations (dixit les équipes), seules les PMI en possédaient car la vitesse n'est pas trop importante, on recherche plutôt la précision.
    • Notre robot était clairement trop lent mais compensait son handicap par une grande précision dans le tir associé à une puissance accrue. Je persiste à dire que des moteurs sont un investissement et qu'il faut surtout capitaliser notre choix en achetant des moteurs de positionnement industriel.

    La commande des moteurs :

    • Beaucoup utilisaient des circuits PID numériques électronique (Hewlett Packard hctIlOO, ou LM629) couplé avec des capteurs incrémentaux (Supelec Rennes, Orsay), des PWM ou des moteurs pas à pas. Je pense que notre commande en tout ou rien avec des relais, même si elle marche craint !
    • Les plus modestes utilisaient des moteurs pas à pas de récupération.

    Les roues :

    • Roues sur mesure en alu rouge (ENS Cachan), roue de Skate Board ou de modélisme haut de gamme.
    • Beaucoup cherchait à minimiser les glissements synonymes de perte de pas sur les capteurs. J'ai remarqué que beaucoup utilisaient des roues en aluminium munies d'un caoutchouc rond en leur centre et avait dès lors des problèmes de poussières sur les roues des PMI qui glissaient.

    Les systèmes de tirs :

    • Les systèmes mécaniques rivalisaient de complexité et d'astuces, pour pro«eter une balle de tennis, j'ai noté
    • Le bumper électromagnétique bobiné artisanalement et calibré pour que sous 25.7V et 40A (en transitoire), le tir arrive sur les tours (Orsay Paris 11), selon l'auteur du système, le tir reste reproductible indéfiniment tant que l'on respecte les conditions initiales.
    • Un système rotatif composé de cartouches qui contenaient des ressorts comprimés.
    • Un système composé de 4 fûts qui contiennent des élastiques, complété avec 1 ascenseur et 1 rouleau d'aspiration.
    • Le robot qui aspire sur l'avant mais tire sur le coté tout en avançant.
    • Un système ingénieux de cames qui compriment un gros ressort (Roboticam) mais la présence de plusieurs chaînes de vélo et d'une grande quantité de pignon, ne permet qu'au école de mécanique de le mettre en oeuvre. Cela reste un chef d'oeuvre de fabrication.
    • Beaucoup essayait de copier le système de tir des cours de tennis : deux roues en rotation et la balle prise au milieu. Le résultat reste correct sans plus.
    • Les vérins pneumatiques ou des robots qui intégraient des sous-ensembles pneumatiques (au moins 8 sur 78).
    • Les catapultes qui n'avaient aucun succès.
    • Enfin, notre système, qui n'ayons pas peur de le dire à été salué unanimement par toutes les équipes en présence et les juges pour sa simplicité, sa robustesse et sa précision.

    Conclusions :

    Une constatation s'impose, certes décevante, beaucoup de robots ne marchaient qu'avec un parcours cablé ! et étaient complètement idiot. Beaucoup d'ambitions ont été ravalées et les prouesses techniques ont fait place pendant les nuits à des solutions de fortune qui MARCHENT. Il faut néanmoins persévérer !

    Autre regret et de taille,beaucoup d'équipe marche sur un budget reduit, qui n'a AUCUNE commune mesure avec les grandes écoles... dommage! car cette compétition n'a alors plus de sens! pourquoi ne pas imposer chaque annee les microcontroleurs, le nombre de capteurs etc???

    Peu d'équipe capitalisent d'une année sur l'autre aussi....

    Ce qui nous a permit de gagner et qui je pense est le secret de toute réussite (hormis les prouesses techniques de l'intouchable Ville dAvray, mais avec quelle budget, combien de profs) est de modifier la stratégie en fonction du robot que l'on rencontre au vu de ses capacités. Il faut donc posséder un robot très souple (donc techniquement au point, on revient toujours au même problème) et une bonne équipe d'espionnage (caméra pendant les homologations et les matchs). Enfin, il ne faudra surtout pas dévoiler toutes ses cartes lors des homologations, et même surcharger le robot de faux capteurs (laser par ex). Ces méthodes risquent néanmoins de nuire à l'esprit de E=M6, mais augmentent les chances de réussite.

    Walter Cédric.

  • Article L317-3 du  code de la route

    (Ordonnance nº 2000-916 du 19 septembre 2000 art. 3 Journal Officiel du 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002)

    (Loi nº 2003-495 du 12 juin 2003 art. 11 V Journal Officiel du 13 juin 2003)

    I. - Le fait de faire circuler, sur les voies ouvertes à la circulation publique un véhicule à moteur ou une remorque sans que ce véhicule soit muni des plaques ou inscriptions exigées par les réglements et, en outre, de déclarer un numéro, un nom ou un domicile autre que le sien ou que celui du propriétaire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 3 750 euros d'amende.
    II. - Toute personne coupable de cette infraction encourt également les peines complémentaires suivantes :
    à La suspension, pour une durée de trois ans au plus, du permis de conduire, cette suspension pouvant être limitée à la conduite en dehors de l'activité professionnelle ;
    à La confiscation du véhicule.
    III. - Ce délit donne lieu de plein droit à la réduction de la moitié du nombre maximal de points du permis de conduire.
    • N'ayer jamais personne derrière vous : en cas d'imprévu vous risqueriez de trébucher et la....gag.
    • Ne jamais avoir moins de 15 mètres entre vous et l'hélico! si une pièces s'éjecte du rotor (a plus de 450km/h) ou que vous crasher, vous risquez vous ou un spectateurs de prendre un débris.
    • Un écrou frein pour être efficace doit avoir au moins 3 filets au dela de la bague plastique. Ceci n'est pas le cas des pales de l'anticouple du raptor -> a changer. Changer l'ecrou frein tous les 4-5 démontage et vérifier si la bague plastique est toujours efficace.
    • Voler à deux helicopteres c'est pas bien... ou avec des avions autour... essayer d'avoir un camarade pres de vous qui surveille la scène au cas ou...
    • Voler seul dans un champ c'est cool, mais vous ferez quoi en cas d'accident ????
    • Ayer une trousse de premier secours sur vous, le strict minimum : gazes et bandes, + de quoi faire un garrot....et un portable, un copain pourra vous porter secours ainsi plus facilement.
    • Sur votre caisse de modélisme ou malette radio, coller un papier donnant :
      - Votre groupe sanguin complet (type et rhésus),
      - Nom, adresse, numero de téléphone des personnes à contacter,
      - Hopital de prédilection (public ou privé de votre région)
      - Numéro de securité sociale.
      - allergies ou instructions.
    • Vous ne mettriez jamais la main sous votre tondeuse à gazon en marche, non ???? ben regarder votre hélicoptere : c'est comme une méga tondeuse sans carter de protection des lames ! alors quand le rotor tourne, on s'éloigne !
    • Penser a TOUT MOMENTS que : une interfèrence, une chape/rotule ou un servo qui lâche ou se bloque et l'hélico peut se mettre en translation rapide dans n'importe quel direction! Une seule chance de s'en sortir est d'avoir du temps pour anticiper la direction et donc de TOUJOURS avoir 15 mètres ou plus entre vous et l'hélico.
    • Programmez la fonction Throttle-Cut (coupe le moteur a distance sur un interrupteur) et laisser les pales ralentir avant de récuperer votre joujou.
    • Programmez la fonction Throttle-Hold (maintien des gazs quelque soit la position du stick droit) et activer la pour transporter l'helico sur le terrain. (juste pour éviter au cas ou, si vous tombiez d'encore ouvrir les gazs à fond).
    • Vérifier les parties en mouvements avant, entre et après chaque vol, voir s'éjecter une palette, ou une pale en vol est une chose qu'on n'oublie pas ! faut encore ne pas se la prendre dans une partie vitale pour pouvoir s'en rappeler.....des fois le destin on y croit....
    • Vous pensez que j'en fait trop ? penser à la tondeuse à gazons et imaginer vous sans une main....(un tendon ou un nerf coupé cela suffit...)
    • Je ne suis pas pour le prolongateur de bougie... cela fait du poids inutile en vol mais surtout cela donne la flemme d'enlever la canopie (bulle) pour démarrer, pourtant quand on l'enlève entre 2 vols, des fois on voit des bugs mécaniques que l'on n'aurait pas vu autrement... cela sauve des fois la machine et évite un accident.
    • Ne voler pas en dessous de 5 degrés ! avec le froid et le vent relatif du à la rotation du rotor la température chute beaucoup trop et fragilise le plastique, une chape peut donc casser à tout moment ! (du vécu chez des collègues du club, chapes neuves ou pas...)
    • Dès que vous avez de l'assurance, monter en stationnaire au dessus du regard, (des fois qu'un truc s'éjecte du rotor) ne vous en faites pas si un truc lache ou casse en vol, l'hélico tombe comme un pierre et reste prévisible (sauf si c'est un top radio ou que le servo de gazs se bloque :-( essayer de sauver l'hélico mais attention, protéger les équipement et les personnes avant ! c'est a dire : toujours sacrifier l'hélico et/ou planquer vous !)
    • Regarder sur www.runryder.com section "RC Helis are not toy" pour des compte rendus d'accidents, de blessés et de mort.
  • Casque précédent: Nolan N81E blue, âge: mi2002-mi2005, 11000km
    Casque actuel:Shark RSF2 Nexus Blue, 180km

    Ne l'acheter surtout pas! voir ci-dessous...

    Points fortsPoints faibles
    • Pas de buée (temps chaud) Ã confirmer par temps de pluie et en hiver...
    • Démontage écran
    • Poids. (seulement 1500Gr. le shoei RS1000: 1450Gr. mais 510€)
    • Look et confort, forme très design avec la crête derrière: Bon aérodynamisme.
    • Garantie 5 ans
    • Prix: 265€
    • Rapport qualité/prix.
    • Difficile à enfiler.
    • Insonorisation (casque taille XL, pot BOS carbon, Hornet 600), au bout de 200mètres j'ai faillit faire demi-tour pour le rendre!
    • On voit tout sur la peinture, màªme les traces de doigts!
    • Aération impossible ou ridicule à manipuler en roulant.
    • Le système double boucle est terrible si on à connu le système à cliquet.
    • Pas de survisière fumé, (à la mode chez Nolan), remplacer la visière est un jeu d'enfant (10secondes) mias qui va se balader avec sa visières dans son sac? (Visière fumé: 37€, métallisé: 60€)

    Bon un peu plus de kilomètre et deux mal de cranes apres un ride de 35km aller et 35km retour entre mon domicile et mon lieu de travail. Ce casque est une horreur! Comment peut t'on fabriquer un casque aussi beau (la peinture est superbe, brillante et la forme est très belle), bien finit avec des materiaux nobles, variés et bien cousu, aussi peu cher et avoir un tel bruit. C'et simple ce casque sifle dès 60km/h, à 100 c'est un concert de bruit aigus d'infrasons qui font mal au crâne, sourd tout à la fois, quelquesoit la position du casque. Le bruit de mon pot (homologué carbone) résonne. C'est infernal. C'est simple, acheté samedi soir tard, lundi la concession est fermée, je vais essayer de le rendre mardi.  Arrivé à la concession Free bike de mulhouse, j'ai expliqué le problème et on s'est empressé de me proposer d'en changer, après avoir vérifié que le joint de la visière fermait bien. J'ai craqué pour un Shoei XR 1000 plus cher (+160euro) et à mon gout moins beau aussi. On m'a offert le kit antibruit optionnel (valeur 40euro) au passage :-)

    Pour les photos de ce casque shoei XR-1000 badge T5, regarder l'autre article...

    Un grand Merci à la concession Yamaha Free Bike de Mulhouse (Alsace). Voila un bel exemple de conscience professionnelle!

     Pour tout ceux qui ont souffert ou souffre encore  du bruit avec ce casque...a moins que mon problème soit un cas isolé

    • Vérifier que la visière ferme et applique bien une pression uniforme sur le joint,
    • Toujours stocker le casque la visière ouverte pour éviter de comprimmer le joint,
    • Tous les ans, aplliquer du silicone sur le joint, pour qu'il garde sa souplesse.
    • Si rien ne marche, porter des boulquies :-(
    • Sinon rouler à moins de 160km/h avec :-(
  • Les différentes traductions réalisées, ont été effectuées par les membres de l'association APRIL, elles ont pour but de présenter l'informatique libre et la philosophie de Gnu en français. Vous trouverez dans ce site toute la philosophie du logiciel libre telle que la conçoit GNU. De nombreux textes sont déjà traduits. Vous pouvez consulter les documents de travail pour voir l'état d'avancement des traductions ou pour participer au groupe de traduction.  L'APRIL héberge aussi un mirroir du site de GNU.Je vous recommande surtout de lire cet article pour bien comprendre la phylosophie GNU: Le logiciel Libre
  • Origine des vibrations sur un hélico rc :
    - basse fréquence -> rotor principal (tracking, balourd)
    - moyenne fréquence -> rotor d'anticouple (transmission, balourd)
    - haute fréquence -> moteur (balourd embrayage, indice thermique de la bougie)
    • A première vue voler en hiver ne pose pas de problème, mais...
    • Des que doigts sont gelés, ils perdent leur sensibilité, et vous perder en précision de vol
    • Les accus nicad tiennent bien moins longtemps car la temperature est basse (dans le négatif), au max 2 vols, il faut donc les recharger avant chaque vol pour etre sur.
    • Le moteur ne démarre pas si vous n'installer pas un dispositif de chauffage! c'est souvent un transistor polariser pour chauffer qui est fixé sur le bati du moteur.
    • Tout ces problemes sont relatés dans ce fichier pdf en anglais, trés interessant.
    • Mon point de vue? je ne vole pas en dessous de 10°C